Produits Chimiques & Protections Hygiéniques. Quelle sécurité pour nos règles ?

Les protections hygiéniques internes : « insérées dans le vagin », comme les tampons et les coupes menstruelles font l’objet d’analyses par l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) depuis plusieurs années.

En 2019, la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) a réalisé une nouvelle enquête dans le secteur des protections périodiques.

Au cours de cette enquête, 19 références ont été analysées (tampon et coupe menstruelle).

Ces produits sont soumis aux dispositions générales du code de la consommation, en particulier l’obligation générale de sécurité.

Les fabricants doivent notamment :

  • Apporter une information claire aux utilisatrices pour leur permettre de les utiliser en toute sécurité.
  • S’assurer de la sécurité des produits (composition, fabrication).

Par ailleurs, des analyses complémentaires ont été réalisées sur 9 échantillons de produits, pour vérifier l’absence de libération de substances chimiques préoccupantes, telles que les phtalates et autres plastifiants. Ses substances pouvant passer dans l’organisme via la muqueuse vaginale.

Qu’en est-il des tampons ?

Les tampons peuvent contenir des substances toxiques telles que les dioxines, furanes et les phtalates (DnOP).

Selon les fabricants de tampons : «les substances détectées dans les protections intimes ne sont pas ajoutées intentionnellement

  • Elles seraient alors :
    • Issues d’une contamination des matières premières (ou des produits finis),
    • Formées lors des procédés de fabrication (ex. blanchiment, collage).

     

    Selon L’ANSES :

    • Aujourd’hui, la cellulose utilisée dans ces produits peut être blanchie au cours de certains procédés utilisant des agents chlorés, comme par exemple le dioxyde de chlore. Qui serait à l’origine de la formation de dioxines et furanes.
    • Une contamination environnementale peut aussi être à l’origine de la présence de substances indésirables comme les pesticides (comme le glyphosate), dioxines et furanes, dans les tampons.

     

    Un certain nombre de substances trouvées dans ces protections intimes sont des perturbateurs endocriniens suspectés, sensibilisants cutanés connus ou suspectés. (DnOP, dioxines et furanes).

 

Qu’en est-il des coupes menstruelles ?

En 2019, le SCL (Service Commun des Laboratoires) a réalisé des tests sur 9 références de coupes menstruelles disponibles sur le marché français. D’après les résultats. Aucun phtalate, ni plastifiant n’a été quantifié.

RESULTATS

L’ANSES considère que les concentrations en substances chimiques indésirables retrouvées ne sont pas susceptibles de présenter un risque pour la santé (car ses substances étaient présentes en très faible concentration et sans dépassement des seuils sanitaires).

Aucun lien n’a été véritablement établit entre la présence de ces substances et l’apparition du syndrome du choc toxique qui peut survenir lors de l’utilisation prolongée de ces protections hygiéniques internes (tampons ou coupes menstruelles). Cependant, d’autres conséquences à long terme sont envisagées.

Dans ses conclusions, la DGCCRF déplore le manque d’information et parfois les fausses informations transmises aux utilisatrices sur les conditions d’utilisation des protections internes, ce qui peut générer un risque grave de choc toxique.

En effet, certains produits revendiquent une utilisation jusqu’à 12 heures, voire aucune limite. D’après les résultats de tests, l’ANSES fixe une limite de sécurité à ne pas dépasser entre 6 et 8 heures.

Qu’en est-il du Laboratoire Claripharm ?

Au sein du Laboratoire Claripharm nous concevons des produits d’hygiène intime pour les femmes. Notamment des coupes menstruelles, en accord avec les règlementations internationales les plus exigeantes pour proposer des produits les plus sains possibles. Car en Europe aucune règlementation spécifique ne s’applique pour les protections hygiéniques internes.

Ainsi, nos produits sont analysés en termes :

–       D’extractibles : substances chimiques potentiellement nocives pour la santé,

–       De stabilité à l’utilisation,

–       De validation du temps d’utilisation.

Les étuis et les notices (inclus dans nos produits), contiennent toutes les informations concernant les bonnes pratiques d’utilisation et le syndrome du choc toxique, afin de vous informer au mieux.

Suite aux résultats de tests, notre Laboratoire recommande un temps de port de la coupe menstruelle de 6 heures, car le risque de développer un SCT augmente avec la durée de port des protections internes.

Les informations que nous vous fournissons sont donc en accord avec les recommandations publiées par l’ANSES.

Source :

ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail. Sécurité des produits de protection intime. Avis révisé de l’Anses. Rapport révisé d’expertise collective. Décembre 2019 – Édition scientifique. Saisine n° 2016-SA-0108. 23 Décembre 2019. 294p.

Alerte sur les médicaments en vente libre

60 millions de consommateur alerte sur les médicaments en vente libre [1]

L’équipe de 60 millions de consommateurs a étudié 72 compléments alimentaires et 60 médicaments sans ordonnance.

Un système de surveillance : La nutrivigilance mis en place par l’ANSES [2] , permet de détecter les potentiels effets indésirables des actifs. Elle est utilisée dans les produits alimentaires, comme les compléments alimentaires.

Les auteurs de l’article nous indiquent que tout comme les médicaments, de nombreuses substances présentes dans les compléments alimentaires, en apparence « anodines », peuvent engendrer des effets indésirables. Sans pour autant avoir démontré la preuve de leur efficacité.

C’est par exemple grâce à cet outil qu’une alerte a été émise sur la consommation de mélatonine. Elle est utilisée dans plus de la moitié des compléments alimentaires « sommeil » qui ont été étudiés.

  • En conclusion, elle peut nuire au rythme circadien ou provoquer des nausées, des vertiges et parfois des convulsions.

L’ANSES, a ensuite mené une évaluation des risques potentiels pour la santé.

Elle a alors recommandé à certaines populations d’éviter la consommation de compléments alimentaires contenant de la mélatonine en raison de ses effets indésirables.

  • Il est donc déconseillé aux femmes enceintes et allaitantes, aux enfants et adolescents, aux personnes souffrant de maladies inflammatoires, auto-immunes, d’épilepsie, d’asthme, de troubles de l’humeur, du comportement ou de la personnalité, ainsi qu’aux personnes suivant un traitement médicamenteux, d’en consommer.

Et Claripharm d’en tout ça ?

Le Laboratoire Claripharm veille au respect des règles de sécurité et de la règlementation en s’entourant d’experts pour formuler et fabriquer des produits efficaces, sures et conformes aux règlementations en vigueur.

Notre complément alimentaire Claricycle a suivi un processus de fabrication contrôlé, en étant enregistré auprès des autorités avant sa mise sur le marché et en assurant le suivi auprès des consommateurs.

Sources :

[1] 15/10/2020, Christelle Pangrazzi, 60 millions de consommateurs, Hors-série – N° 205 – novembre 2020

[2] ANSES (l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)

Règles douloureuses : conseils et solutions

Ça y est, vos règles sont arrivées ! Avec plus ou moins de régularité, de douleurs ou de fatigue. On vous donne tous les conseils pour vivre au mieux cette période souvent inconfortable !

Règles douloureuses – Quand les règles font mal…

Les règles douloureuses, ou dysménorrhée, affectent entre 50 et 80% des femmes durant la période fertile de leur vie[1],[2].
Selon une étude[3] publiée en 2005, 50 à 70 % des adolescentes ont une dysménorrhée permanente ou occasionnelle, et 15 à 20 % d’entre elles doivent limiter leur activité au moment des règles et doivent même s’aliter. Un phénomène qui est loin d’être négligeable lorsque l’on sait qu’en France, les règles douloureuses sont la première cause d’absentéisme scolaire chez les adolescentes et d’absentéisme professionnel chez les jeunes femmes[4].

Leurs causes peuvent être variées, leur intensité aller de modérée à intense et il existe un panel fourni de solutions pour les apaiser.

Et si nous faisions le point sur les règles douloureuses ?

D’où viennent-elles ?

Pour évacuer le sang et les muqueuses lors de nos règles, plusieurs molécules déclenchent des spasmes au niveau du muscle utérin. Parmi elles, les prostaglandines, produites par l’endomètre (la muqueuse qui recouvre la paroi interne de l’utérus) sont les molécules les plus actives. C’est principalement sous leur action que le muscle utérin se contracte. Un excès de prostaglandines provoque une augmentation anormale de ces contractions, ce qui a pour effet de comprimer les petits vaisseaux sanguins du muscle utérin et donc de le priver en partie d’oxygène. C’est ce manque d’oxygène, appelé hypoxie, qui est à l’origine de la plupart des  douleurs ressenties lors des règles.

Existe-il différents « types » de règles douloureuses ?

Si nous sommes toutes concernées par les règles, nous ne sommes malheureusement pas égales face à la douleur. Pour certaines, les contractions sont tout à fait acceptables, pour d’autres, elles sont tout simplement insupportables. On sait aujourd’hui que chez 10 à 15% des femmes qui souffrent de dysménorrhée, la douleur est telle qu’elle entrave très sérieusement la vie quotidienne[1],[2].

On a toutes dans notre entourage une copine, une sœur ou une collègue incapable d’aller travailler ou de quitter son lit lorsqu’elle a ses règles.

Il faut savoir que le terme de « douleurs menstruelles » est employé pour couvrir deux types de dysménorrhée :

  • la dysménorrhée primaire : les fameuses crampes naturelles évoquées précédemment. Elles sont très courantes et ont principalement pour origine l’action des prostaglandines. Ces douleurs arrivent le plus fréquemment à l’adolescence et tendent à diminuer, voire à disparaître complètement avec l’âge.
  • la dysménorrhée secondaire : elle touche plutôt les femmes adultes, qui ne souffraient pas forcément de douleurs menstruelles jusque là. Ses causes sont physiologiques, reliées à un problème médical ou gynécologique : infections génitales, lésions ovariennes, maladie inflammatoire pelvienne… Il peut exister beaucoup de pathologies médicales différentes à l’origine de la dysménorrhée secondaire dont l’endométriose : une maladie gynécologique chronique dont on parle beaucoup depuis plusieurs années.

Alors à quel moment consulter ?

Il faut apprendre à écouter son corps. Si les crampes menstruelles sont un frein à la vie sociale ou familiale, si elles empêchent d’aller travailler, d’aller à l’école ou gâchent la vie au point d’entamer le moral, il faut consulter un professionnel de santé : gynécologue, pharmacien, sage-femme…ou son médecin généraliste.

Si les règles deviennent anormalement douloureuses alors que ce n’était pas le cas avant ou si elles s’accompagnent soudainement de saignements abondants, il ne faut pas hésiter non plus à consulter. Particulièrement en cas de fièvre. Un professionnel de santé saura rassurer et répondre à toutes les questions.

Comment soulager les douleurs menstruelles ?

La douleur n’est pas une fatalité. Il existe bien sûr des réponses médicamenteuses pour atténuer les crampes menstruelles, mais avant de dégainer l’artillerie lourde, on peut déjà se tourner vers des solutions naturelles. Il en existe de nombreuses et voici celles que nous pouvons déjà vous conseiller :

  • Posez une bouillote chaude sur le bas du ventre, ou prenez un bain chaud : la chaleur agit directement sur la vasodilatation des vaisseaux sanguins et permet de relâcher les muscles qui se contractent pendant les règles. La chaleur apporte un apaisement immédiat.
  • Massez doucement la zone douloureuse : il s’agit ici également de « relaxer » les muscles, particulièrement le muscle utérin, afin d’atténuer les spasmes.
  • Râlez dix bonnes minutes contre son chat, son voisin, son mec, le postier (on est d’accord, ça ne sert absolument à rien, mais sur le coup, ça soulage)
  • Réduisez votre consommation de sucre raffiné : ce dernier augmente la production d’insuline, or l’excès d’insuline entraine la production de prostaglandines. Vous pouvez le remplacer par du miel ou du sirop d’agave par exemple.
  • Tournez-vous vers les huiles essentielles : à appliquer directement sur le bas-ventre ou à poser en gouttes sous la langue. Menthe poivrée, basilic, aneth, chanvre, estragon, sauge…il existe une grande variété de plantes réputées pour leur action sur la dysménorrhée. Il est toutefois recommandé de prendre conseil auprès d’un pharmacien qui saura vous guider vers l’huile et la posologie les plus adaptées.

[1] Schroeder B. Dysmenorrhea and pelvic pain in adolescents. Pediatr Clin North Am juin 1999 ; 46 (3) : 555 – 71
[2] Kwon JS. Dysmenorrhea. Journal SOGC août 1997 : 955 – 62

[3Collège national des gynécologies et obstétriciens français
[4] Source : sécurité sociale.

Claricycle™ votre allié pour vos sensibilités menstruelles

Claristick™ devient Claricycle

Un changement de nom pour notre complément alimentaire. Car oui, Stick signifie « petit bâton de bois » pour nos amis anglophones. Nous avons décidé de changer son appellation pour qu’il soit plus compréhensible pour vous toutes.

Il s’agit d’un complément alimentaire, il n’est pas considéré comme un médicament.
Un médicament a pour objectif de prévenir ou de guérir une maladie ou un symptôme, un complément alimentaire a pour but de compléter le régime alimentaire et/ou d’améliorer une fonction physiologique, telle que la fatigue, le sommeil, le stress, l’immunité, …

Ce complément alimentaire a été conçu pour aider les femmes à mieux vivre leurs menstruations. Nous savons à quel point les douleurs peuvent être importantes, voir handicapantes pendant cette période. C’est pourquoi Claricycle a été développé pour soulager les sensibilités menstruelles.

Le Claricycle se prend avant le début des règles et pendant les premiers jours des règles. Ainsi, pour une efficacité optimale, nous conseillons de le prendre les 3 jours précédents les règles et les 2 premiers jours. Cependant si vous ne connaissez pas exactement le jour de début de vos règles, la prise peut se faire dès le premier jour de vos règles, l’idéal étant de repérer les premiers signes de l’apparition de vos règles pour une efficacité optimale.

 

 

  • Pourquoi avoir développé ce produit ?

Nous avons réalisé une enquête auprès de nos clientes, l’une des questions était : quel produit souhaitez-vous que nous développions pour vous ?

Plus de 90% de nos clientes ont répondu : « un produit pour soulager les règles douloureuses. »

Nous avons travaillé pendant 2 ans pour formuler et développer un produit pour répondre à cette attente. Pour proposer une formule efficace, nous nous sommes intéressés à la cause de ces douleurs qui est le plus souvent liée à des contractions importantes de l’utérus pendant les règles. Notre produit est fabriqué en France, ce qui est synonyme pour nous de haute qualité, car les traçabilités et les méthodes de fabrication répondent à un cahier des charges très strict.

  • Qui a formulé ce complément alimentaire ?

Elise Aubin, notre chef de projet scientifique est à l’origine de la conception de Claricycle™ . Son rôle consiste à concrétiser nos idées de produits pour les commercialiser. Elle élabore par exemple le cahier des charges et le planning du projet pour le mener à bien.

  •  Quel est la composition de Claricycle™, quels sont les bienfaits des ingrédients ?

Claricycle™  Sensibilité menstruelle est un complément alimentaire sous forme de comprimés, composé de minéraux (calcium et fer), vitamine (vitamine E) et de plantes : la potentille ansérine et l’achillée millefeuille.

Chaque ingrédient a un rôle précis dans la formule et est apporté à une dose validée scientifiquement pour avoir un effet bénéfique significatif.

  • Le calcium empêche le muscle abdominal de se tétaniser et aide à le détendre. Il agit donc sur la contraction musculaire et réduit l’intensité de la douleur.
  • La présence de fer permet de combler les pertes lors des règles et de réduire la fatigue qui peut survenir en cette période.
  • La vitamine E est un antioxydant qui a montré des effets bénéfiques chez des femmes avec des douleurs menstruelles.
L’achillée millefeuille, et notamment ses parties aériennes, sont traditionnellement utilisées dans les troubles menstruels. Cette plante apaise les crampes abdominales.

Des études ont montré que la plante a des effets bénéfiques sur la diminution des douleurs liées aux règles lorsqu’elle est consommée 2 jours avant l’apparition des règles et 3 jours après le début des règles.

La potentille ansérine est traditionnellement utilisée pour le syndrome pré-menstruel et des études ont aussi montré qu’elle permettait de diminuer les douleurs menstruelles

Elle aide à maintenir un bon confort avant et pendant le cycle menstruel.

LISTE DES INGREDIENTS : AGENT DE CHARGE : CELLULOSE MICROCRISTALLINE, EXTRAIT DE PARTIE AERIENNE DE POTENTILLE (POTENTILLA ANSERINA), CARBONATE DE CALCIUM, POUDRE DE FLEUR DE MILLEFEUILLE (ACHILLEA MILLEFOLIUM), CORRECTEUR D’ACIDITE : PHOSPHATE TRICALCIQUE, GLUCONATE FERREUX, ANTIAGGLOMERANT : SELS DE MAGNESIUM D’ACIDES GRAS, AGENTS D’ENROBAGE : HYDROXYPROPYLMETHYLCELLULOSE, CELLULOSE MICROCRISTALLINE, ACIDES GRAS ; SUCCINATE ACIDE DE D-ALPHA-TOCOPHERYLE (VITAMINE E).

Active ingredients Daily dose

(4 tablets)

Plant equivalent Reference intake
Iron 10 mg 71%
Vitamin E (α-tocopherol) 11,6 mg 97%
Calcium 314 mg 39%
Yarrow (Achillea millefolium)

Aerial parts powder

600 mg 600 mg
Silverweed (Potentilla anserina)

Aqueous extract of aerial parts of silverweed, ratio 4/1

1000 mg 4 g

 

  • Le Claricycle™ est utile pour le confort menstruel, peut-il également agir pour les femmes dont l’ovulation est douloureuse ou le syndrome pré-menstruel ?

Le Claricycle contient des ingrédients aussi efficaces pour soulager le syndrome pré-menstruel comme la potentille ansérine.

L’efficacité des plantes présentes dans le Claricycle™ n’ayant pas été évalué sur l’ovulation, et la prise nous ne pouvons garantir son efficacité pour ce trouble. De plus, l’utilisation étant autour de la période des règles, ses effets sur l’ovulation sont d’autant moins probables.

  • A partir de quel âge peut-on utiliser le Claricycle™ ?

Nous conseillons d’utiliser le Claricycle après plusieurs cycles menstruels afin de laisser les changements hormonaux se réguler.

En effet, lors des premières règles, les cycles peuvent être irréguliers et les règles douloureuses, c’est la dysménorrhée primaire, le Claricycle™ peut aider à gérer la sensibilité menstruelle qui peut apparaitre.

Le Claricycle™ est disponible sur notre site internet Claripharm.fr

Les 5 éléments qu’il vous faut pour soulager vos règles douloureuses

L’alimentation pendant vos règles est un élément qui peut jouer sur cette période qui on peut le dire, n’est pas que passion et joie. Malheureusement parfois, l’alimentation ne suffit pas pour contrer tous vos maux comme la fatigue intense ou les règles douloureuses. Compléter une bonne alimentation avec les bons nutriments et vitamines va vous permettre de trouver le statut nutritionnel optimal et donc vous soulager dans cette période du mois.

Les éléments nécessaires pour vous soulager pendant vos règles et pourquoi

Fer

Les règles entrainent des pertes de sang plus ou moins importantes selon chacune d’entre nous. La quantité moyenne de sang perdu pendant les règles est de 40 à 50ml soit l’équivalent de deux à trois cuillères à soupe.

Perte de sang veut également dire perte d’hémoglobine, ce qui conduit à un risque de déficience en fer et donc d’anémie. L’hémoglobine est une protéine qui se trouve à l’intérieur des globules rouges. Elle est responsable de la couleur rouge du sang. Sa fonction principale est de transporter l’oxygène des poumons vers les organes.

Quand le taux d’hémoglobine baisse dans le sang, l’anémie s’installe. L’anémie est caractérisée par des essoufflements à l’effort, une fatigue, une sensation d’avoir froid et une pâleur chronique.

On a toute ce coup de mou pendant nos règles, et bien cela vient de là.

L’organisme ne peut synthétiser le fer et doit donc le puiser dans les aliments.

L’idéal est donc de compléter son alimentation avec du fer. Il contribue ainsi à la formation normale des globules rouges et de l’hémoglobine, et contribue de manière générale à réduire la fatigue.

Vitamine E

La vitamine E joue de nombreux rôles dans l’organisme en raison de son activité antioxydante. Que cela signifie concrètement ? Que la vitamine E s’oppose aux oxydants aussi appelés radicaux libres qui sont des molécules perturbant le fonctionnement de nos cellules, et qui accélèrent le vieillissement, affaiblissent l’immunité.

La Vitamine E contribue donc à protéger les cellules contre le stress oxydatif. Le stress oxydatif c’est lorsqu’on « s’oxyde » très vite. Un déséquilibre oxydant – antioxydant favorise l’affaiblissement.  Lorsque nous avons nos règles, nous sommes plus affaiblies, la vitamine E va alors permettre de nous protéger contre ce stress oxydatif.
La prise de vitamine E a également donné des résultats positifs, dans le traitement des troubles associés aux menstruations. (migraine et symptômes prémenstruels).

Calcium

Le calcium est l’un des minéraux que l’on retrouve le plus dans le corps humain. En effet, la teneur en calcium peut aller jusqu’à 1 à 1,2 kg environ chez l’adulte, que ça soit chez l’homme ou la femme.

Il est responsable de la contraction musculaire, de la transmission nerveuse, de la coagulation sanguine et joue également un rôle dans la libération d’hormones.

Le calcium est présent en quantité restreinte dans le sang. C’est pour cette raison qu’une alimentation faible en calcium, à l’occasion d’un régime par exemple, peut créer des carences qui se manifestent la plupart du temps tardivement.

Grâce à une supplémentation en calcium, on évite la carence et donc la contraction musculaire. Le calcium évite au muscle abdominal de tétaniser et participe à son relâchement. On évite donc toute contraction qui pourrait induire des douleurs abdominales.

Potentille

La potentille est une plante qui pousse à l’état sauvage. Il existe plusieurs indications thérapeutiques comme le soulagement de la diarrhée aiguë, ou des spasmes gastro-intestinaux. La potentille est utilisée traditionnellement dans le traitement des dysménorrhées.

Elle contient des herbes qui régulent le cycle menstruel et qui ont des propriétés anti-inflammatoires et de réduction de la douleur.

Dans notre complément alimentaire Claricycle, nous avons récupéré des extraits aqueux de parties aériennes de potentille.

2 études scientifiques ont prouvé l’efficacité de cette plante dans le soulagement des douleurs liées aux dysménorrhées.

Achillée Millefeuille

L’Achillée millefeuille est une plante médicinale qui est utilisée pour différentes applications pharmaceutiques. On la retrouve notamment en Himalaya et en Europe. Elle a été utilisée pendant des siècles pour traiter diverses maladies comprenant le paludisme, l’hépatite et la jaunisse. En usage traditionnel, elle peut être utilisée dans les troubles menstruels et peut aider à réduire la fièvre. En médecine traditionnelle, la plante peur être employée comme emménagogue dans les troubles menstruels. On appelle emménagogues des plantes médicinales qui stimulent le flux sanguin dans la région pelvienne et l’utérus.

Dans notre complément alimentaire Claricycle, nous avons récupéré les parties aériennes de la plante fraiche.

Une étude scientifique a permis de prouver l’efficacité de cette plante sur les règles douloureuses.

Tous ces ingrédients ont été sélectionnés par nos experts lors de la formulation de notre complément alimentaire et ont prouvé leur efficacité sur les règles douloureuses. Nous sommes donc fiers de pouvoir vous proposer un complément alimentaire formulé à partir d’ingrédients sains qui vous permettra de soulager vos douleurs de règles.

Ce qu’il faut savoir sur l’alimentation pendant vos règles

On le sait, l’arrivée des règles et des symptômes prémenstruels (SPM) vous donne souvent envie de vous jeter sur tout et n’importe quoi. Par n’importe quoi on entend les glucides, le chocolat et surtout tout le sucre que vous pouvez trouver à votre portée ! On ne va pas vous le répéter, vous le savez, trop de sucre ce n’est pas bon pour votre organisme. Mais en période de règles, c’est encore plus grave, et oui ! L’alimentation en période de règles peut énormément jouer sur les maux occasionnés par cette période. Voici quelques conseils pour gérer au mieux votre alimentation lors de vos menstruations !

Pour éviter les douleurs de règles, moins de sucre.

Comme nous le disions précédemment, le sucre en période de règles est encore plus mauvais qu’habituellement. Pourquoi ? Car l’ingestion de sucre entraîne une inflammation dans l’organisme. Et cette inflammation libère des prostaglandines responsables de l’apparition des crampes et des maux de tête…

Si l’envie de sucre vous prend et que sentez que vous n’allez pas pouvoir résister, vous pouvez essayer plutôt de vous nourrir en protéines et glucides complexes.

Que faire pour éviter le coup de mou ?

En période de menstruation, nous perdons du sang et pour certaines femmes, les pertes de sang peuvent être importantes : on parle d’hyperménorrhée. Pendant cette période mensuelle, les risques d’anémie sont donc accrus. Les symptômes de l’anémie sont généralement les suivants :
– Teint pâle
– Fatigue
– Maux de tête
– Extrémités du corps froides.

Donc, pendant vos menstruations, il sera important de privilégier les aliments sources de fer, comme par exemple les viandes rouges (bœuf, agneau, veau).

Règles et transit intestinal

Vous êtes en période de chamboulements hormonaux, il est donc essentiel de garder une bonne hygiène alimentaire.

Voici donc quelques éléments à favoriser dans votre alimentation :

  • Optez pour des aliments riches en Oméga 3 comme le poisson qui aide à obtenir un bon transit.
  • Favorisez les aliments riches en bonnes vitamines, glucides et protéines comme le poisson ou le poulet. Ou les légumes à feuilles vertes (épinards, chou).
  • Pensez aux sucres lents pour rester en forme toute la journée.
  • Pensez à manger une portion de fruits frais par jour pendant vos règles. Cela permettra de limiter l’inconfort digestif et notamment les ballonnements. Nous sommes nombreuses à prendre 1 à 2 kilos en plus en période de règles et / ou d’avoir le ventre gonflé comme une femme enceinte de 3 mois…  Alors si on peut l’éviter en mangeant quelques fruits ;)…

Buvez beaucoup

Tout comme les fruits et les aliments cités ci-dessus, boire beaucoup d’eau permet de diminuer la sensation de rétention d’eau comme les ballonnements. L’idéal serait de boire entre 1,5L et 2L d’eau par jour.

Un coup de pouce ?

Pour soulager les douleurs de règles et les sensations désagréables de manière générale, vous pouvez aussi envisager un apport supplémentaire en nutriments spécifiques grâce à la prise d’un complément alimentaire. Vous trouverez par exemple le fer, la vitamine et des plantes spécifiques aux douleurs de règles dans notre complément alimentaire Claricycle.

Irritations intimes pendant les règles

Les démangeaisons aux parties intimes sont très fréquentes et il existe plusieurs sortes de démangeaisons, mais il y a aussi celles qui peuvent survenir pendant vos règles. Des irritations intimes déjà de base ce n’est pas très sympathique mais pendant ses règles, ça l’est encore moins … D’autant plus que pendant la période de règles, la flore vaginale est plus sensible car plus sujette à des risques d’agressions de bactéries.
Alors comment les éviter ? D’où viennent ces démangeaisons ? La Team Claripharm vous apporte des solutions.

Attention à la fréquence de votre toilette intime

Malgré le fait que le sang de nos règles fasse partie de nous et soit totalement naturel, nous sommes nombreuses à vouloir nous en débarrasser au plus vite. Nous avons tendance à vouloir nous laver plus souvent pour se sentir tout simplement plus propre et éviter les odeurs (et on vous comprend). Généralement les femmes se lavent plus régulièrement pendant leurs règles. Mais est-ce vraiment bon pour notre intimité ?

Les recommandations des gynécologues sont : pas plus 2 douches par jour. Au-delà, le corps ne lubrifie plus assez pour protéger son intimité. Car oui, le vagin est un peu magique, il se nettoie tout seul ! Donc pas besoin de nettoyage interne et surtout pas de douche vaginale ! La douche vaginale déséquilibre la flore créant ainsi des dérèglements et des infections. Encore une fois, laissons faire la nature, le vagin se nettoie tout seul alors laissons le travailler.

Nos protections hygiéniques n’y sont pas pour rien

Dans la majorité des cas, les démangeaisons aux parties intimes sont dues aux protections hygiéniques non adaptées à notre muqueuse vaginale ou bien à notre vulve qui restent des parties sensibles.  Bien que désagréables, ces démangeaisons sont heureusement sans gravité dans la grande majorité des cas.

Les composants des serviettes hygiéniques et des protège-slips provoquent une gêne, puis un besoin irrépressible de se gratter chez certaines femmes. C’est ce qu’on appelle, des démangeaisons vulvaires. 30% de femmes sont allergiques aux serviettes hygiéniques jetables. On parle alors de démangeaisons mais aussi d’eczémas vulvaires. Et là c’est plus compliqué. Lors de démangeaisons vulvaires, généralement il suffit de retirer sa protection hygiénique pour ne plus être gênée, mais si un eczéma persistant se présente, une consultation chez votre professionnel de santé et un traitement seront à envisager.

De la même manière que pour les irritations vulvaires, vous pouvez observer des irritations vaginales. Elles peuvent être dues aux tampons hygiéniques. En effet les tampons assèchent énormément les muqueuses vaginales ce qui peut créer des microlésions et vous gratter. Alors pourquoi insérer des fibres asséchantes dans son vagin ?

Pourquoi la coupe menstruelle reste la meilleure alternative pour éviter les irritations intimes pendant les règles ?

  • Notre coupe menstruelle a été testée.

Nous avons réalisé nos tests de biocompatibilité sur la coupe menstruelle Claricup. Biocompatibilité, qu’est-ce que cela veut dire ? Que nous avons testé le silicone de notre cup menstruelle de façon à ce qu’il ne soit pas cytotoxique, pas sensibilisant et pas irritant. Ce sont des tests qui ne sont pas obligatoires mais soyons franc, étant les premières utilisatrices de nos produits, on se devait d’un, de les faire pour nous, mais aussi pour vous, car nous sommes experts dans notre domaine : la santé intime de la femme. Et non seulement nous avons fait ces tests avant, mais aussi après la fabrication de la Claricup, pour s’assurer que rien ne vient la contaminer pendant sa fabrication.

  • Une surface toute douce et non absorbante

La coupe menstruelle Claricup est fabriquée en silicone médical biocompatible et antimicrobien. Elle est toute douce et a un effet peau de pêche. Contrairement aux fibres des tampons, la coupe menstruelle n’assèche pas les parois vaginales et donc, n’irrite pas.

  • Nos clientes nous le disent 🙂

« Très agréables. Avant claripharm j’ai eu d’autres cups et celle-ci est de loin la meilleure que j’ai testé. Pas de fuites pas d’irritation. Même au touché on sent la différence. »

« J’ai un flux très léger et la cup est beaucoup moins irritante car plus de sécheresse due aux tampons. »

Petit conseil en plus

Cela peut paraitre basique, mais les rappels font toujours du bien !
Avec sa cup, on privilégie une culotte en coton, qui respectera notre intimité. Le coton permet d’éviter les irritations et protège le vagin.

Si vous constatez que vos démangeaisons perdurent en dehors de vos règles, il s’agit sans doute d’un autre type d’irritation (allergie, morpions, mycose…). Nous vous invitons à lire notre article sur le sujet ici.

Vous avez d’autres questions relatives à l’utilisation quotidienne de votre coupe menstruelle? Ecrivez-vous sur les réseaux sociaux ou par mail à: contact@claripharm.fr

Coupe menstruelle: top des questions fréquentes

Nouvel objet dans votre salle de bain, la coupe menstruelle devient un indispensable mensuel de plus en plus de femmes.

Comment l’utiliser, comment la positionner, comment la nettoyer, nous répondons à toutes vos questions pour une utilisation facile de votre coupe menstruelle Claricup.

FAQ – Vos 14 questions sur la coupe menstruelle

Nous répondons ici à toutes les questions qu’il est possible de se poser sur la coupe menstruelle. Si vous en avez d’autres, n’hésitez pas à nous contacter.

A partir de quel âge puis-je porter une cup ?

Dès le début des règles 🙂

                                                                                                                                                       

Quelle taille choisir ?

Nous recommandons de choisir la taille en fonction du flux.

Flux très léger = Taille 0

Flux léger à normal = Taille 1

Flux abondant = Taille 2

Flux très abondant = Taille 3

La Claricup Taille 0 est aussi recommandée pour les jeunes filles, notamment pour les premières règles. Sa petite taille permet une utilisation et une insertion plus facile pour les jeunes filles qui n’ont pas encore l’habitude d’insérer des protections hygiéniques dans leur vagin ou bien pour les jeunes femmes vierges. Mais il s’avère que cette Mini Claricup convient aussi aux sportives ou aux femmes ayant de très petits flux.

Nous avons rédigé un guide des tailles qui vous aidera à y voir plus clair.

Chez Claripharm nous avons conscience qu’il n’est pas facile de choisir la bonne taille du premier coup. Alors, si la taille choisie n’est pas la bonne, nous vous en renvoyons une gratuitement.

                                                                                                                                                       

Est-ce que c’est douloureux d’insérer la Claricup ?

La Claricup s’insère comme un tampon. Il ne faut pas avoir peur ! En la pliant correctement vous n’aurez aucun mal à l’insérer. Si vous souffrez d’une sécheresse vaginale, nous vous recommandons de l’humidifier avec de l’eau.

                                                                                                                                                       

Puis-je utiliser ma cup avec un stérilet ?

Certaines vous diront qu’elles ont eu une expérience désastreuse et d’autres vous diront qu’elles ont eu une expérience super réussie !
Mais alors quel est le fond du problème pour celles qui ont eu une mauvaise expérience ?

Il y a deux paramètres importants :

  • La longueur des fils de votre stérilet.

Lors de la pose du stérilet, n’hésitez pas à mentionner à votre professionnel de santé que vous êtes utilisatrice de la coupe menstruelle. Ainsi demandez-lui de couper les fils de votre stérilet bien courts. C’est le seul risque d’expulsion de stérilet avec une cup. Le risque n’est pas d’aspirer votre stérilet en dé-ventousant votre cup, non. Le risque est d’attraper les fils de votre stérilet et donc de le retirer ! Prenez-donc les précautions nécessaires au moment de la pose.

Si vous avez déjà posé votre stérilet, pas de panique, n’hésitez pas à en parler avec votre professionnel de santé lors de votre prochaine visite.

  • Le retrait de votre coupe menstruelle.

L’essentiel est de bien dé-ventouser sa coupe menstruelle avant de la retirer. Pour cela, pincez la base de votre cup, puis une fois que vous sentez qu’elle n’adhère plus aux parois de votre vagin, vous pouvez la retirer délicatement en tirant sur la base. La tige vous sert de guide pour trouver la base de la coupe menstruelle. (Oui selon certaines personnes, enfin selon certains vagins, la cup remonte plus ou moins haut. Mais ne vous inquiétez pas, il est impossible qu’elle y reste coincée ;)).

Si vous respectez ces deux paramètres alors longue vie à la cup !

                                                                                                                                                       

Puis-je utiliser un lubrifiant pour faciliter l’insertion ?

Il est possible d’humidifier la Claricup avec de l’eau ou bien d’insérer la cup sous la douche. La Claricup est en silicone médical, qui est un matériau poreux qui peut retenir des composants du lubrifiant que vous n’avez peut-être pas envie d’avoir en contact prolongé avec vos muqueuses vaginales. Nous déconseillons l’usage de lubrifiants à base de silicone ou d’huiles.

                                                                                                                                                       

Combien de temps puis-je porter ma cup menstruelle ?

Vous pouvez porter la Claricup jusqu’à 6 heures. Après 6 heures, il est possible que certaines bactéries se développent à l’intérieur du vagin.

Nous avons réalisé les tests pour prouver que ce temps de port assure une sécurité maximale.

                                                                                                                                                       

Et la nuit, puis-je porter ma cup ?

Le temps de port recommandé est de 6 heures. Par conséquent, si ta nuit est de 6 heures, tu peux la porter. Sinon nous te conseillons de mettre une serviette.

                                                                                                                                                       

Problème de fuites, comment faire ?

Notez qu’il est normal d’observer des fuites lors des premières utilisations. Il faut généralement 1 à 2 cycles pour s’y habituer.

  • Taille de coupe menstruelle

Une fuite se crée car l’effet d’étanchéité ne se réalise pas.

Soit car la cup est trop petite et n’adhère pas aux parois vaginales, soit car elle est trop grande et ne se déplie pas bien.

Comment savoir s’il vous faut passer à la taille supérieure ou inférieure ?
C’est très simple : une fois votre coupe menstruelle insérée, saisissez la base et tentez de faire tourner la cup sur elle-même. Si elle tourne et que vous avez quand même des fuites : elle est dépliée et c’est donc qu’elle est trop petite. Si elle ne tourne pas : elle ne se déplie pas bien, c’est donc qu’elle est trop grande.

Inconfort ou fuites, il s’agit du même problème au final, c’est la taille de votre cup.

  • La coupe est pleine !

Vous avez la bonne taille de cup, vous la sentez bien positionnée, mais vous avez toujours des fuites ? La coupe est sans doute pleine. Il vous suffira de le voir en retirant votre cup. Nous recommandons de changer votre cup toutes les 6 heures. Si votre cup est pleine avant les 6 heures recommandées, peut-être faudrait-il changer de taille de cup. Notre plus grande taille est la taille 3 pour les flux très abondants. Pour savoir si vous avez un flux très abondant, n’hésitez pas à lire notre article ici.

                                                                                                                                                       

Comment nettoyer ma cup ?

Le nettoyage de la coupe menstruelle à l’eau ne suffit pas. Pour enlever toutes traces de sang, il faut réaliser une action mécanique et donc frotter la coupe menstruelle avec un nettoyant doux. Le silicone est une matière poreuseCela veut dire qu’en utilisant un nettoyant non adapté, les composants présents dans votre nettoyant (les colorants, les parfums, les perturbateurs endocriniens…) peuvent laisser des résidus à la surface de votre coupe menstruelle et ensuite rester en contact prolongé avec votre muqueuse vaginale.

C’est pourquoi nous avons créé le gel douche intime Clarigyna (bientôt disponible)qui respecte votre flore vaginale mais qui peut également nettoyer la coupe menstruelle. Il n’y a pas d’alcool, de parfum, colorant ou parabènes, notre formule est la plus neutre possible.

                                                                                                                                                       

Comment faire pour nettoyer sa coupe menstruelle lorsque nous n’avons pas de point d’eau à disposition ?

Le nettoyage de sa cup hors de chez soi pouvait parfois être compliqué. Alors nous avons pensé au DuoPack.
Pour rappel, nous préconisons de nettoyer et de désinfecter sa cup avant chaque insertion. Alors comment faire pour nettoyer sa cup avec du savon et de l’eau si vous n’avez pas de lavabo ? Et surtout comment désinfecter sa cup lorsque vous êtes au bureau et que vous n’avez pas de micro-ondes à votre portée ?!

La solution peut vous paraitre un peu trop facile mais nous n’avons pas trouvé mieux ; le mieux est bien d’en avoir deux.

La Claricup est fournie avec sa boite de transport et de désinfection, cette petite boite noire et discrète. L’idée du Duopack est donc d’avoir deux coupes menstruelles et deux box. Ainsi, vous partez le matin avec votre deuxième cup propre dans sa box et après 6 heures d’utilisation, vous inter-changez vos cups avec facilité. Vous nettoyez le tout arrivée chez vous, une fois tranquille avec votre lavabo et votre micro-ondes.

                                                                                                                                                       

A quelle fréquence désinfecter ma cup ?

A chaque utilisation. Avant chaque insertion, il est important de désinfecter votre cup pour enlever toutes bactéries.

                                                                                                                                                       

Puis-je couper la tige de ma cup ?

Si la tige de votre cup vous gêne, vous pouvez tout à fait la couper. Si elle ne vous gêne pas et que vous sentez que c’est confortable, vous n’avez pas besoin de la couper.
Si besoin, pensez bien à enlever votre cup puis de couper la tige sur une surface plane avec une paire de ciseaux propres.

                                                                                                                                                       

Puis-je faire du sport avec ma coupe menstruelle ?

Bien sur ! Vous pouvez nager, danser, faire du yoga, du running, bref vous pouvez faire ce que vous souhaitez !

                                                                                                                                                       

Puis-je uriner avec ma cup ?

Tout à fait. Il ne s’agit pas du même orifice, donc vous pouvez aller uriner quand vous en avez besoin, sans avoir à enlever votre coupe menstruelle.

Peut-on utiliser une coupe menstruelle lorsqu’on est vierge ?

Il n’y a aucune contre-indication au port de la coupe menstruelle lorsqu’on est vierge.

La coupe menstruelle peut toutefois paraitre imposante pour une première insertion dans le vagin.

Pour cette raison,  nous avons créé une coupe menstruelle plus petite, la Mini Claricup qui permet une insertion et une utilisation plus faciles. Si tu te poses des questions sur l’utilisation de la cup Claricup, n’hésite pas à lire notre article ici.

Le point le plus important :

  • D’abord, il faut se sentir à l’aise avec son corps car pour insérer et retirer une coupe menstruelle, il faut mettre les doigts dans son vagin. C’est important de bien connaître toutes les parties de son corps. N’hésite pas à te renseigner sur ton anatomie, à te familiariser avec ton vagin et à l’explorer. Il le mérite.

Et l’hymen dans tout ça ?

Quand on parle de virginité, on parle beaucoup d’hymen. Mais d’un point de vue anatomique, l’hymen, qu’est-ce que c’est exactement ?

À la naissance, l’orifice inférieur du vagin est en partie fermé par une fine membrane, c’est l’hymen.

A la puberté, l’hymen devient élastique et s’élargit progressivement. Il est donc possible de l’élargir suffisamment pour faire passer une coupe menstruelle.

  • Cup et Hymen, le risque : il peut y avoir une déchirure de l’hymen lors de l’insertion d’une coupe menstruelle (comme cela peut arriver en utilisant un tampon périodique,  ou lors de la pratique de certains sports comme le vélo, le yoga, ou encore  suite à une mauvaise chute), donc s’il est important pour toi que ton hymen reste intact, il est préférable que tu attendes avant d’utiliser une coupe menstruelle.

Voila, tu en sais désormais plus sur le sujet. Nous restons bien évidemment à ta disposition si tu as besoin d’informations complémentaires. Tu peux nous contacter via notre site ou sur nos réseaux sociaux.

Inconfort avec la coupe menstruelle : taille, infection, positionnement?

Vous voilà adepte de la coupe menstruelle, vous avez enfin passé le cap ! Mais parfois, vous ressentez quelques gênes lorsque vous la portez ? L’avantage de la coupe menstruelle est de ne pas avoir de fuites et d’être très confortable, à tel point qu’on l’oublie presque ! Ressentir une gêne n’est donc pas normal, vous ne devriez pas sentir votre Claricup. N’abandonnez pas, quelques petits changements et tout devrait rentrer dans l’ordre.

Positionnement

Première chose à vérifier si vous ressentez de l’inconfort avec votre coupe menstruelle, c’est son positionnement.

Après avoir plié et inséré votre coupe menstruelle, vérifiez son bon positionnement.

Pour rappel, la coupe menstruelle se porte bas, juste à l’entrée du vagin, soit, pas plus loin qu’une phalange insérée. Elle ne se porte pas aussi haut qu’un tampon.

Une fois cela en tête, vous allez pouvoir vérifier par quelques gestes simples que votre coupe menstruelle est bien en place et que l’effet ventouse est effectué.

  1. Passez un doigt autour de la coupe menstruelle Claricup pour vérifier qu’elle est bien ouverte dans votre vagin. Si vous observez que la coupe menstruelle n’est pas ouverte, c’est qu’elle n’a pas la place pour s’y déployer, elle est donc trop grande. N’hésitez pas à consulter notre guide des tailles pour vous aider.
  2. Pincez la base de la coupe menstruelle Claricup pour la faire pivoter dans votre vagin. Cela va aider la cup à bien se positionner et à se déployer si cela n’est pas déjà fait !

Tige

Si malgré cela, vous constatez toujours une gêne, il est possible que le problème vienne de la tige. Nos vagins sont tous différents, selon la tonicité du périnée, la cup ne va pas se positionner au même endroit pour tout le monde, pour certaines elle aura tendance à remonter et pour d’autres à rester basse.

Si vous sentez une petite brûlure à l’entrée de votre vagin, si vous tombez sur la tige de votre cup, c’est que c’est bien celle-ci qui vous gêne !

Si la tige de votre cup dépasse de vos lèvres, cela peut être également inconfortable.

Dans ce cas, pensez bien à enlever votre cup puis à couper la tige sur une surface plane avec une paire de ciseaux propres.

Si la gêne persiste, n’hésitez pas à nous contacter via notre site ou nos réseaux sociaux. Sachez que si la gêne vient d’un mauvais choix de taille, nous vous renvoyons une cup gratuitement! 
Cette gêne peut être également dûe à une petite inflammation ou une infection vaginale, vous pouvez aussi en parler à votre professionnel de santé qui saura vous aider.

Coupe menstruelle et odeur

Utilisatrice de la coupe menstruelle depuis un certain temps, vous avez constaté une mauvaise odeur sur votre cup, et ce malgré le nettoyage quotidien que vous lui apportez ? Nous sommes d’accord ce n’est pas ce qu’il y a de plus agréable. On fait le tour du sujet pour que vous n’ayez plus à vous demander si cette odeur de poisson est normale ou non !

Coupe menstruelle et odeur, est-ce normal ?

Non, il n’est pas normal de sentir une mauvaise odeur sur sa coupe menstruelle.

Le sang de vos règles peut avoir une odeur particulière type métal, mais dans ce cas, pas de panique c’est normal car le sang contient beaucoup de fer.

Par contre si vous sentez une odeur type poisson directement sur votre cup, ce n’est pas normal.

Mais… ce genre d’odeur ne vous dit rien ? Ce sont des odeurs que vous avez déjà pu sentir si vous avez eu une infection vaginale ou des pertes vaginales trop abondantes et nauséabondes. Alors vous faites le lien ?

D’où peut venir cette odeur ?

Une infection vaginale

Effectivement, la plupart de nos clientes ayant observé une mauvaise odeur avec leur cup avaient sans le savoir une infection vaginale.

Si vous suivez Claripharm depuis un certain temps, vous savez que nous recommandons de nettoyer et désinfecter votre cup avant chaque utilisation. Cependant, si un germe, une levure ou un parasite s’est installé dans votre vagin et donc sur votre cup, cette étape nettoyage + désinfection ne suffira pas.

Le nettoyage va enlever les traces de sang présents sur la coupe menstruelle et la désinfection quant à elle va éliminer les bactéries.
Mais l’odeur (les molécules odorantes produites par le micro-organisme causant l’infection) peut rester sur votre coupe menstruelle et aussi dans votre vagin si vous ne traitez pas cette infection.

C’est pour cette raison que nous recommandons de changer votre coupe menstruelle si vous avez une infection vaginale et de ne pas utiliser de cup en cas d’infection vaginale.

Un nettoyage un peu trop rapide

Nettoyage + désinfection c’est l’étape incontournable vous l’avez compris. Il faut y penser comme une réelle routine lorsque vous utilisez votre cup.

Si cette étape n’est pas effectuée correctement, des résidus ou bactéries vont rester collés sur votre cup et entraîner une potentielle odeur.

Par ailleurs, pensez à bien laisser sécher votre cup après la désinfection. Si vous replacez votre cup dans sa boite de transport alors que celle-ci n’est pas bien sèche, une odeur de « renfermé » risque de survenir. D’autant plus que votre cup y est ensuite rangée pendant 3 à 4 semaines, en attendant le retour de vos prochaines règles.

Le choix du nettoyant de votre coupe menstruelle est important.

Comme le silicone est un matériau poreux, on ne peut pas utiliser n’importe quel détergent. Les nettoyants avec du parfum ou de l’alcool ne sont pas recommandés car ils laissent des traces à la surface de la cup. Or la cup doit être pure et exempte de toute trace d’ingrédients qui pourraient perturber la muqueuse et la flore vaginale et par effet domino, occasionner une mauvaise odeur.

C’est pourquoi nous conseillons de nettoyer votre coupe menstruelle avec un gel douche intime formulé sans parfum, sans colorants, sans alcool, sans parabènes pour laisser le moins de résidus possibles sur la coupe menstruelle.

Comment venir à bout de cette odeur désagréable ?

Au risque de vous décevoir, nous n’avons à ce jour pas de recette miracle pour faire disparaitre cette odeur.

Si elle ne disparait pas après un cycle de nettoyage et désinfection, la meilleure chose à faire est de changer votre coupe menstruelle.

Ce qu’il ne faut pas faire

Nous avons pu observer des pratiques qui ne sont pas validés. Alors pour rappel, il ne faut pas :

  • Utiliser du vinaigre blanc
  • Utiliser de la Bétadine
  • Utiliser du Sanytol
  • Utiliser des pastilles désinfectantes type Milton
  • Huiles diverses
  • Le bicarbonate de soude n’est pas non plus validé par nos tests, nous ne vous le conseillons donc pas.

Honnêtement, ça vous plairait d’avoir ces produits dans votre vagin ? Parce que ça serait le cas. Encore une fois, le silicone est un matériau poreux, il retient tout !

Vous savez désormais d’où peut venir cette mauvaise odeur qui se trouve sur votre coupe menstruelle. La cause la plus fréquente reste l’infection vaginale. Pour rappel, nous ne reconnaissons ou ne ressentons pas tout le temps les effets d’une infection, alors pensez tout de même à demander l’avis de votre professionnel de santé.

Coupe menstruelle et fuites, que faire ?

Oups, vous avez des fuites ? Pas de panique, la solution n’est pas très loin. Notez qu’il est normal d’observer des fuites lors des premières utilisations. Il faut généralement 1 à 2 cycles pour se familiariser à l’utilisation de la coupe menstruelle.

Cependant, plusieurs causes peuvent créer une fuite par exemple un mauvais positionnement de votre coupe menstruelle ou une mauvaise taille de cup.

Positionnement et insertion de la coupe menstruelle

Avant toute chose, il faut se détendre. Si vous stressez, les muscles de votre périnée vont se contracter, et alors l’insertion sera plus difficile ce qui pourra causer un mauvais positionnement de la cup et donc des fuites !

Un bon pliage est important et permet d’éviter d’éventuelles fuites. Si votre coupe menstruelle Claricup n’est pas correctement pliée, l’insertion et le déploiement de la cup ne se feront pas bien. Il existe plusieurs méthodes de pliage, à chacune sa préférence. Pour plus d’informations sur le pliage de la cup, cliquez ici.

La coupe menstruelle se porte bas, juste à l’entrée du vagin, soit pas plus loin qu’une phalange insérée. Elle ne se porte pas aussi haut qu’un tampon.
En effet si la cup est placée trop haut dans votre vagin, l’effet ventouse avec les parois vaginales ne s’effectuera pas et vous risquez de constater… des fuites.

Pour vérifier son bon positionnement, vous pouvez attraper la base de la cup menstruelle et la faire tourner sur elle-même. Si elle tourne, c’est qu’elle est bien placée et dépliée. Sinon, vous pouvez la bouger de haut en bas ou de gauche à droite, toujours en tenant la base de la cup, pour la déplier.

Ensuite vous pouvez passer un doigt le long de la cup, le remonter jusqu’au col de la cup afin de vérifier que la coupe menstruelle est bien déployée.

Taille de coupe menstruelle

Une fuite se crée car l’effet d’étanchéité ne se réalise pas.

Soit car la cup est trop petite et n’adhère pas aux parois vaginales, soit car elle est trop grande et ne se déplie pas bien.

Comment savoir s’il vous faut passer à la taille supérieure ou inférieure ?

C’est très simple : une fois votre coupe menstruelle insérée, saisissez la base et tentez de faire tourner la Claricup sur elle-même. Si elle tourne et que vous avez quand même des fuites : elle est dépliée et c’est donc qu’elle est trop petite. Si elle ne tourne pas malgré tous vos efforts : elle ne se déplie pas bien, c’est donc qu’elle est trop grande.

Plus de conseils sur comment choisir sa taille de Claricup ici.

La coupe est pleine

Vous avez la bonne taille de cup, vous la sentez bien positionnée, mais vous avez toujours des fuites ? La coupe est sans doute pleine. Il vous suffira de le voir en retirant votre cup. Nous recommandons de changer votre cup toutes les 6 heures. Si votre cup est pleine avant les 6 heures recommandées, peut-être faudrait-il changer de taille de cup. Notre plus grande taille est la taille 3 pour les flux très abondants. Pour savoir si vous avez un flux très abondant, n’hésitez pas à lire notre article ici. 

En résumé, si vous avez des fuites avec votre coupe menstruelle :

  • Vérifiez le bon positionnement de votre cup
  • Si la cup est bien positionnée et que vous constatez des fuites, alors c’est sans doute la mauvaise taille. Retour alors sur notre paragraphe « Taille de coupe menstruelle » pour savoir quelle taille il vous faut.
  • La cup est peut-être pleine, prenez la taille au-dessus.

Ne vous découragez pas, une fois les premiers cycles passés, vous prendrez le coup de main et deviendrez la reine de la cup !

Vous avez d’autres questions relatives à l’utilisation quotidienne de votre coupe menstruelle? Ecrivez-vous sur les réseaux sociaux ou par mail à: contact@claripharm.fr

Gynécologie et hygiène féminine

Pertes vaginales : qu’est-ce qui est normal ?

Les pertes vaginales, que l’on appelle aussi pertes blanches, ou leucorrhées, sont un phénomène tout à fait normal chez la femme en âge de concevoir. Mais un changement peut être le signe d’une infection vaginale. Seulement voilà, pour savoir si il ya un problème, il est important de savoir à quoi ressemblent des pertes vaginales « normales » et ce qui ne l’est pas.

Pertes vaginales, qu’est-ce que c’est ?

Les pertes vaginales sont un mélange de glaire cervicale produite par les cellules du col de l’utérus, de sécrétions vaginales, de cellules mortes de la paroi vaginale et de bactéries de la flore vaginale1. De plus, comme leur production est très liée à celles des hormones sexuelles, seules les femmes en âge de procréer (c’est-à-dire de la puberté à la ménopause), connaissent ce phénomène.

  • La glaire cervicale est un liquide plus ou moins visqueux sécrété par les cellules du col de l’utérus. Ces sécrétions sont influencées par le cycle menstruel et varient donc en abondance et en consistance pendant le cycle. Au moment de l’ovulation, elles facilitent le passage des spermatozoïdes dans l’utérus, en devenant plus liquides et abondantes. Au contraire, en dehors de l’ovulation, elles s’épaississent pour empêcher la remontée des bactéries dans l’utérus. C’est d’ailleurs le principe de la méthode de la symptothermie : en surveillant plusieurs paramètres de son cycle tels que sa température, l’abondance et la consistance de la glaire cervicale, il est possible de détecter sa propre période d’ovulation, ce qu’on appelle « fenêtre de fertilité », et d’agir en conséquence pour empêcher ou faciliter une grossesse.

 

  • Les sécrétions vaginales sont produites naturellement par les cellules de la paroi vaginale : ces sécrétions servent à humidifier le vagin pour éviter les douleurs lors d’une pénétration. Mais ce n’est pas forcément un signe d’excitation plus ou moins forte : la quantité de lubrification vaginale varie énormément d’une femme à l’autre.

 

  • Les cellules de la paroi vaginale se renouvellent naturellement, comme les cellules de la peau. Plus la concentration en œstrogènes dans le corps est haute, plus elles vont se renouveler et alimenter la croissance des bactéries de la flore vaginale, ces gentilles bactéries qui vont empêcher d’autres micro-organismes de provoquer des infections.

Quel aspect et quelle odeur ont des pertes vaginales normales ?

Et bien devinez quoi ? Même les scientifiques n’arrivent pas à se mettre d’accord !

Quelques rares études cliniques ont tenté de définir une quantité, une couleur ou une odeur « normale » de pertes vaginales2.

Mais comme mentionné plus haut, la quantité de pertes vaginale varie énormément d’une femme à une autre, et pour une femme, au cours de son cycle et de sa vie (grossesse, ménopause…). Il n’y a donc pas de quantité de pertes « normale ». Certaines ressentiront le besoin de porter un protège-slip pour éviter les sensations d’humidité, mais tout est une question de préférence.

La couleur des pertes varie aussi pendant le cycle menstruel : de transparent, elle peut passer à légèrement blanche. L’idée principale à retenir est que si c’est une couleur autre que transparent, blanc, parfois légèrement jaune, il y a un risque d’infection.

Enfin, vient l’épineuse question des odeurs : ce qui est normal, c’est que les pertes vaginales aient une légère odeur. Si elle vous dérange, alors c’est peut être une infection vaginale.

Le signe qui ne trompe pas, c’est si vous avez des traces de sang, d’intenses démangeaisons, des rougeurs, ou une sensation de brûlure (au moment des rapports sexuels ou d’uriner) : là, vous êtes sûre d’avoir une infection.

Les pertes vaginales sont le résultat du processus naturel de nettoyage du vagin.

Malgré ce que beaucoup de publicités veulent faire croire aux femmes, il est tout à fait normal d’avoir des pertes et donc une légère sensation d’humidité. Il n’est pas nécessaire de se parfumer la vulve, de faire des douches vaginales ou de s’auto-médiquer à la première alerte, car cela pourrait au contraire provoquer des infections. Souvenez-vous : le vagin se nettoye et se défend très bien tout seul !

1 AM. Powell and P. Nyirjesy, « New perspectives on the normal vagina and noninfectious causes of discharge », Clinical Obstetrics and Gynecology, Sept. 2015, 58(3), 453-463.

² M. Anderson, A. Karasz and S. Friedland, « Are vaginal symptoms ever normal ? A review of the literature », MedGenMed, Nov 2004, 6(4), 49.

Démangeaisons intimes, quelles causes et quelles solutions pour les soulager ?

Vous avez le vagin chafouin ? La vulve qui brûle ? L’abricot couleur coquelicot ? Les parties intimes qui s’abiment ? La région gynécologique qui pique ? Bref, vos parties intimes vous grattent et vous ne savez pas d’où ça vient, mais votre vulve ne va pas bien. Trêve de poésie, toutes les réponses à vos questions dans cet article !

Les démangeaisons aux parties intimes, aussi appelées prurit vulvaire, sont très fréquentes. En effet, près d’une femme sur 5 connaitra une irritation intime1 durant plus de 3 mois au cours de sa vie. La zone intime est caractérisée par une variété de peaux différentes : certaines avec des poils, d’autres sans, l’entrée du vagin n’a même pas la couche protectrice supérieure qu’on retrouve sur la peau, c’est donc une muqueuse qui est encore plus sensible. La zone intime peut donc être irritée assez facilement…

Stress, période de changements dans sa vie, protections hygiéniques de mauvaise qualité, partout explorer ces maux si gênants!

Allergie ou irritation de contact

Avez-vous changé de marque de protège-slip ou de lessive récemment ? C’est peut être la cause de la rougeur et des démangeaisons que vous avez. Il faut parfois quelques jours de contact pour qu’une irritation se développe, alors si vous avez changé vos habitudes dans les derniers jours, changez de produit pour vérifier que ce ne sont pas vos nouveaux sous-vêtements qui provoquent ces irritations.

De manière générale, préférez des culottes en coton et pas trop serrées, ce qui permet de mieux évacuer la transpiration et d’éviter les irritations, et évitez les produits parfumés (lingettes, savon, serviette, lessive…), car les parfums sont souvent sources d’allergies. Pensez-y si vous utilisez des serviettes hygiéniques parfumées et que vous avez systématiquement des irritations pendant vos règles !

Protections hygiéniques de mauvaise qualité

Parce qu’il n’existe pas de réglementation en Europe au sujet des composantes des protections intimes, bon nombre de fabricants de tampons (entre autre) et de cup (aussi!) mènent la vie dure à votre vagin.

Silicone en provenance de Chine, injection de phtalate, de glyphosates ou encore de chlore pour rendre les tampons plus absorbants; rien ne vaut un produit Made in France/Europe dont l’origine des produits sera dans un premier temps rassurante, puis jeter un coup d’oeil aux certifications réglementaires de la marque (normes ISO, FDA, MDSAP..)

Nous reviendrons prochainement sur le sujet des règlementations, un combat que l’on mène au quotidien chez Claripharm. Quoi qu’il en soit, si vous êtes détentrices de la Claricup, sachez que chez Claripharm, non seulement notre coupe menstruelle est Made in France, mais en plus, nous sommes l’une des seules marques à être 100% normée.

Poux du pubis

Qu’on appelle aussi morpions ! On vous rassure tout de suite, en avoir n’est pas un signe de mauvaise hygiène, car le poux du pubis s’accroche très bien à la peau avec ses pinces (ce petit insecte microscopique ressemble à un crabe). Il se transmet par contact direct avec une personne infectée, mais aussi via des draps, serviettes de toilette ou vêtements usagés (attention pendant les essayages de maillot de bains ! Gardez toujours vos sous-vêtements).

Les symptômes sont des démangeaisons (plus fortes encore la nuit) causées par les piqûres, lesquelles apparaissent rouges puis gris-bleu.

Il est très simple de s’en débarrasser : une voire deux applications d’un shampooing prescrit par votre médecin suffisent. Pour éviter toute récidive, il est important d’informer vos partenaires sexuels récents et de nettoyer votre literie et vos sous-vêtements à 90°C.

Mycose vaginale

Une mycose vaginale est très souvent causée par un champignon : le Candida albicans. Ce champignon microscopique fait naturellement partie de la flore vaginale, ce petit monde de bactéries et de levures qui colonise le vagin et lui permet d’être en bonne santé. Mais parfois, un traitement antibiotique ou une hygiène intime trop aggressive peuvent perturber la flore vaginale et alors le Candida albicans prolifère trop, ce qui provoque des démangeaisons et des pertes vaginales blanches sans odeur.

Pour soulager ces symptômes, des antifongiques locaux sont disponibles sans prescription en pharmacie, ce qui peut être utile si vous vous savez sujette aux mycoses à répétition.  Néanmoins, seul un médecin pourra vous confirmer avec certitude que vous souffrez bien d’une mycose et éventuellement faire un prélèvement pour identifier le germe précis et le traitement le plus adapté.

Sécheresse vaginale

La sécheresse vaginale, source d’irritations et de gêne plutôt que de démangeaisons, est fréquente chez les femmes ménopausées, mais la ménopause n’est pas la seule cause de la sécheresse vaginale. Une hygiène intime trop agressive, les suites d’une grossesse ou à cause de la prise de certains médicaments (antidépresseurs, antihistaminiques…), une sécheresse vaginale peut apparaitre. D’ailleurs près de 55% des femmes en souffrent au cours de leur vie² !

Si c’est le seul symptôme que vous avez, vous pouvez vous contenter d’une solution locale : les lubrifiants (qui ont une action immédiate mais courte) et les gels hydratants (qui ont une action plus longue) seront vos meilleurs amis ! Vous pouvez vous les procurer en pharmacie, avec ou sans prescription. En revanche, si la sécheresse vaginale s’accompagne de bouffées de chaleur, ou de règles anarchiques, vous entrez peut être en pré-ménopause… il est alors important d’en parler et de se faire accompagner par un professionnel de santé qui saura vous guider dans cette nouvelle étape de votre vie intime.

On le sait, ces démangeaisons et irritations sont parfois difficiles à gérer… alors que des solutions existent ! Le plus important est d’en parler avec un professionnel de santé, qui saura vous aiguiller dans la bonne direction.

1 C.K. Stockdale, L. Boardman, « Diagnosis And Treatment Of Vulvar Dermatoses », Clinical Expert Series,  2018 Feb, 131(2) : 371-386.

² SOGC Clinical Practice Guidelines, « The Detection And Management Of Vaginal Atrophy », International Journal of GYnecology and Obstetrics, 2005, 88, 222-228.

Infections vaginales, comment les reconnaître et les traiter

Dans le catalogue des joyeusetés que nous apporte le fait de posséder un appareil génital féminin, il y a tellement de choses :

Car si à la base l’utérus est prévu pour faire une chose assez incroyable (faire grandir un bébé dedans, quand même), toute la machinerie autour apporte parfois *quelques* désagréments. Oh, vous les connaissez sûrement : Démangeaisons, Syndrome prémenstruel, Règles… Bref, la vie avec un vagin, c’est pas toujours facile.

Et parmi ces choses que ne connaissent pas les personnes possédant un pénis, il y a les infections vaginales : AH, les démangeaisons ! Les pertes-qui-ont-une-couleur-bizarre ! Les odeurs… maritimes (?!). C’est une histoire que toutes les femmes connaitront au moins une fois dans leur vie. Voici comment faire en sorte qu’elle se termine bien, et surtout, qu’elle ne se répète pas trop souvent.

Reconnaître une infection vaginale

Démangeaisons voire douleurs sont les premiers signes d’une infection vaginale. Si vous avez éliminé les différentes causes d’une démangeaison, et que vos pertes vaginales ont changé d’aspect en même temps : BINGO, vous avez tiré le gros lot.

Vous êtes d’ailleurs loin d’être la seule : 75% des femmes développeront une mycose vaginale au cours de leur vie1, tandis que la vaginose bactérienne atteint 1 femme sur 3, chaque année dans le monde2. Car oui, il existe plusieurs sortes d’infections vaginales :

  • La mycose vaginale, qu’on appelle aussi candidose, car causée dans 90% des cas par une levure appellée Candida albicans,
  • La vaginose bactérienne, que l’on appelle ainsi car elle est causée par un autre type de microorganisme : des bactéries telles que Gardnerella vaginalis, Mycoplasma hominis, ou encore Prevotella spp..
  • Une trichomonase, une infection provoquée par le parasite Trichomonas vaginalis.

Il est relativement facile de faire la différence entre les trois en observant vos pertes vaginales :

Une mycose vaginale entrainera des démangeaisons et rougeurs au niveau de la vulve, et des pertes blanches abondantes mais sans odeurs, qui ressemblent un peu à du lait caillé (si vous êtes dégoûtée maintenant, ne continuez pas la lecture).

Une vaginose bactérienne, entrainera des démangeaisons également, mais la différence est que vous aurez des pertes grises/vertes, avec une odeur type « poisson pourri ».

Une infection à Trichomonas provoquera des picotements et rougeurs au niveau de la vulve, mais les pertes au fond de votre culotte seront malodorantes, beiges et « écumeuses », comme de l’eau savonneuse.

Ces symptômes peuvent également s’accompagner de sensations de brûlure ou de difficultés à uriner.

L’autre différence entre les trois ? Comme ce ne sont pas les mêmes micro-organismes qui les causent, les traitements seront également différents.

Comment traiter une infection vaginale

Il est très fréquent que le temps d’aller à la pharmacie ou de prendre un rdv chez le médecin, l’infection disparaisse d’elle-même : chanceuse ! Mais si ça dure depuis trop longtemps ou si c’est la 4ème fois en un an, il est temps d’agir.

Pour soulager une mycose vaginale, il existe des traitements anti-fongiques disponibles sans ordonnance en pharmacie : sous forme de crème à usage externe ou d’ovule à insérer dans le vagin, ils seront d’une grande utilité si vous savez reconnaitre les symptômes.

Pour soulager une vaginite bactérienne, il est en revanche nécessaire d’aller voir un médecin pour bénéficier d’un traitement antibiotique. Si vous êtes enceinte, ne tardez pas : une infection bactérienne vaginale peut déclencher un accouchement prématuré.

Pour traiter une infection à Trichomonas, il est également nécessaire d’aller chez le médecin, car un antibiotique doit être prescrit. Comme c’est une infection sexuellement transmissible (ce qui n’est pas le cas des mycoses ou vaginoses bactériennes), il est nécessaire que le partenaire sexuel soit également traité. L’usage du préservatif masculin ou féminin est également recommandé pour éviter les récidives.

Si vous savez qu’il y a un problème mais que vous n’arrivez pas à identifier la cause, un professionnel de santé (gynécologue, médecin généraliste ou sage-femme) pourra faire un prélèvement qui permettra d’identifier précisément le micro-organisme qui s’est un peu trop bien installé dans votre vagin.

Mais malgré ces traitements, sachez qu’entre 5 et 30% des femmes auront une récidive.

Comprendre ce qui déclenche une infection pour éviter les recidives

En temps normal, le vagin est tapissé de ce qu’on appelle la flore vaginale. Dans la flore vaginale, on retrouve en majorité des Lactobacilles que l’on appelle aussi « probiotiques » (littéralement « pour la vie ») : ce sont les bactéries sympa, celles qui jouent le rôle de bouclier et qui font que le pH du vagin est acide (entre 3,8 et 6). Dans la flore on retrouve aussi les levures et bactéries pathogènes, mais le pH acide produit par les Lactobacilles limite leur développement, ce qui évite les infections.

Mais dans le vagin comme dans la vie, tout est une question d’équilibre.

Cet équilibre est fragile, et faire basculer la balance d’un côté ou de l’autre provoque des infections : Côté pH trop acide (inférieur à 3,8), ce sont les levures qui prennent le dessus et provoquent des mycoses. Côté pH trop basique (supérieur à 6), ce sont les bactéries pathogènes qui s’installent.

Pensez à vérifier si vos produits de toilette intime ou lubrifiants ont un pH situé entre 3,8 et 6 pour ne pas perturber cet équilibre. Une haute concentration en oestrogènes dans le corps (comme pendant une grossesse ou avec la pilule contraceptive) peut acidifier le vagin, tandis que les règles ou le sperme ont tendance à rendre le pH basique. Enfin, il y a les situations où sans le savoir, on a carrément jeté la balance par la fenêtre : un tampon qui absorbe tout (même les bonnes bactéries), une toilette intime trop agressive, ou un traitement antibiotique à large spectre sont l’équivalent pour le vagin d’un désherbage au lance-flamme : en voulant tout enlever, on enlève aussi la protection qu’apportent les Lactobacilles, et on ne sait pas ce qui va prendre le dessus…

Dans tous les cas, il faut s’en tenir à une toilette intime par jour maximum, et peut être changer ses habitudes si les récidives se font trop fréquentes. Il est intéressant aussi de ramener des probiotiques, soit par l’alimentation (chou fermenté, yaourts, compléments alimentaires) soit par des ovules qui s’insèrent dans le vagin, disponibles sans ordonnance en pharmacie. Ainsi, vous apportez à votre corps des défenses supplémentaires.

Voilà, vous êtes maintenant équipée pour prendre soin de votre flore intime et l’aider à combattre les infections vaginales !

1 Vanessa Cardinale, « Les candidoses vaginales recidivantes à Candida Albicans », Thèse de Diplôme d’Etat de Docteur en Pharmacie, sous la direction de Françoise Hinzelin, Nancy, Université Henri Poincare – Nancy 1, 2001, 131 p.

² JE Allsworth, JF Peipert ; « Prevalence of bacterial vaginosis : 2001-2004 National Health and Nutrition Examination Survey data », Obstet. Gynecol., 2007 Jan, 109(1), p. 114-120.

Hygiène intime : et si on revoyait les bases ?

Pour éviter infections vaginales et irritations, il est souvent recommandé de faire une toilette intime quotidienne. Mais avec quoi ? Comment ? A quelle fréquence exactement ? Car paradoxalement, une toilette intime trop agressive peut provoquer des infections. Ce sont des questions importantes, car cruciales pour notre santé intime.

Pourquoi faut-il se laver *en-bas* ?

Au contraire du vagin qui se nettoie, les organes sexuels externes, eux, ne se nettoient pas tout seuls. Si les pertes vaginales s’accumulent trop au niveau de la vulve, elles peuvent favoriser le développement de micro-organismes qui vont provoquer des infections vaginales ou urinaires. Une bonne hygiène intime est donc indispensable pour éliminer régulièrement les pertes vaginales accumulées sur la vulve, et éviter de ramener de mauvais germes là où ils pourraient se développer et provoquer des désagréments.

Par exemple après être allé aux toilettes, comment vous essuyez vous ?
Les orifices génitaux féminins sont très près d’une source de mauvaises bactéries : l’anus. Pensez donc toujours à vous essuyer d’avant en arrière. Ainsi vous éviterez de ramener vers votre vagin, les bactéries de l’anus qui n’ont rien à y faire.

Pensez aussi à éviter tout ce qui va retenir la transpiration : les sous-vêtements synthétiques, les protège-slips, les pantalons slim, et les serviettes provoquent un « effet barrière » : en empêchant la transpiration de s’évacuer correctement, ils vont augmenter l’humidité et la température, ce qui favorise le développement de bactéries ou mycoses1.

Une autre activité ramène des bactéries au mauvais endroit : les rapports sexuels ! Si vous êtes particulièrement sujette aux infections urinaires ou vaginales, urinez tout de suite après un rapport sexuel pour évacuer d’éventuelles bactéries. Et surtout : utilisez un préservatif tant que vous n’êtes pas sûre que ni vous ni votre partenaire n’êtes porteurs d’une Infections Sexuellement Transmissible (IST).

Quant à savoir à quelle fréquence et avec quoi se nettoyer : privilégiez  DOUCEUR et SIMPLICITÉ.

Choisir son produit d’hygiène intime avec précaution

Pour une toilette au quotidien, privilégiez un nettoyant intime le plus simple possible.

La vulve est une région sensible : il faut la nettoyer sans l’irriter. Pour éviter les irritations et de perturber la flore vulvaire, certains ingrédients sont à éviter :

  • Les perturbateurs endocriniens : les phtalates.
  • Les ingrédients inutiles utile : les parfums et colorants.
  • Les ingrédients trop agressifs pour cette zone : la chlorhexidine, le Sodium Laureth Sulfate et l’alcool.
  • Un pH qui perturberait la flore : pas de savon au pH basique ou neutre, il faut un pH acide, entre 4 et 6.

Il n’est pas nécessaire de faire une toilette intime plus d’une fois par jour : au-delà, le risque est de trop décaper la peau, ce qui provoque des micro-lésions et enlève la barrière naturelle qui nous protège.

En résumé on oublie : les déodorants, les lingettes après chaque passage aux toilettes, et les papiers toilettes parfumés, ou plutôt : tout ce qui est parfumé. Car plus vous utilisez de produits, plus vous risquez de développer des cystites, infections vaginales, candidoses ou autres joyeusetés2.

La fausse bonne idée

Malheureusement les femmes pensent souvent qu’une sensation d’humidité et une légère odeur sont des mauvais signes. Or pas du tout : au contraire, c’est le signe que votre vagin se nettoie très bien tout seul.

Il est donc totalement inutile de se nettoyer à l’intérieur du vagin : le risque est de déséquilibrer la flore vaginale et de provoquer des infections. Les douches vaginales sont donc à proscrire.

1 S. Guaschino, C. Benvenuti, SOPHY Study Group, « SOPHY Project : an observational study of vaginal pH and lifestyle in women of different ages and in different physiopathological conditions », Minerva Ginecologica, 2008 Apr;60(2):105-14.

² S.E. Crann, S. Cunningham, A. Albert, D.M. Money and K.C. O’Doherty, « Vaginal health and hygiene practices and product use in Canada : a national cross-sectional survey », BMC Women’s Health,

Vous avez d’autres questions relatives à l’utilisation quotidienne de votre coupe menstruelle? Ecrivez-vous sur les réseaux sociaux ou par mail à: contact@claripharm.fr

La Précarité Menstruelle

Qu’est-ce que la précarité menstruelle ?

La précarité menstruelle dans le monde

En moyenne, les femmes ont leurs règles 5 ans 9 mois et 1 jour durant toute leur vie.

Évidemment, les menstruations nécessitent l’achat de serviettes, tampons, coupes et culottes menstruelles, qui ne sont pas considérés comme des produits de première nécessité (comme le pain, l’eau, l’huile et le savon…).

D’après une étude britannique menée par VoucherCodesPro.co.uk, le budget annuel consacré à l’achat de produits relatifs au confort périodique serait de 492 £.

Soit un montant de 20 410€ pour toute la vie d’une femme.

Ce budget concerne non seulement l’achat de serviettes, tampons, cup … la base pour vivre cette période en toute sécurité ! Mais nous, les femmes du 21ème siècle on a aussi besoin de :

  • Médicaments pour soulager les affreuses douleurs.
  • Nouveaux sous-vêtements, pour remplacer nos culottes tachées par les déversements de sang.
  • Des bonbons, du chocolat, une crème glacée … car oui, on a besoin de se réconforter comme on peut.
  • Et quelques produits de bien-être (cosmétiques, objets de décoration, plaid, bouillote …) pour vivre au mieux cette période souvent douloureuse.

 

500 MILLIONS de femmes dans le monde en précarité menstruelle

Vous l’aurez remarqué, ce budget est très conséquent et beaucoup de femmes ne peuvent pas se permettre de tels achats. En 2019 ce sont 500 MILLIONS de femmes qui se retrouvent en incapacité de subvenir à leurs besoins périodiques (source Figo).

Heureusement, certains pays commencent de plus en plus à s’intéresser à ce sujet.

  • Le gouvernement écossais a mis en place en 2018 un programme destiné à fournir gratuitement des protections périodiques aux 395 000 élèves et étudiantes du pays (source Le Monde).
  • Aussi en 2019, l’Angleterre, le Pays de Galles, le Canada et encore la Corée du Sud ont participé activement à cette lutte de précarité menstruelle en distribuant gratuitement des protections périodiques dans les établissements scolaires et universités (source Libération).

La précarité menstruelle en France

En 2019, ce sont 1 700 000 femmes qui n’ont pas accès à des protections hygiéniques en France (source : règles élémentaires).

Sans domicile, incarcérée, se trouvant en situation précaire avec un budget restreint ou par le statut d’étudiant, trop nombreuses sont les femmes contraintes de ne pas pouvoir acheter de tampons, serviettes ou de coupe menstruelle. Les détenues de prison ont difficilement accès aux protections hygiéniques.

Les produits au sein des administrations pénitentiaires sont vendus le triple du prix de ce que l’on retrouve habituellement en grande surface.

Comment font ces femmes ?

« Du papier toilette, du journal, des paires de chaussettes, des culots de bouteilles en plastiques découpés à la main … ».

Si certaines femmes pallient le manque de moyens en faisant preuve d’inventivité, les alternatives trouvées restent bien évidemment non adaptées et mettent en péril leur santé. Les règles devenant un réel handicap, certaines femmes se voient même se priver de scolarité ou de présence au travail (source : IFOP Dons solidaires).

Ne pas avoir recours aux protections hygiénique impact l’estime de soi pouvant conduire à l’exclusion sociale. En effet, d’après l’étude menée par « Dons solidaires », l’hygiène et l’apparence sont deux critères déterminants dans le jugement de l’autre. « Pour 17% des bénéficiaires d’associations, l’hygiène personnelle est identifiée comme source de malaise et de jugement négatif ».

C’est en février 2020 que Marlène Schiappa et Christelle Dubos saluent le rapport à propos du tabou des règles dans notre société.

Ce rapport fait de la lutte contre la précarité menstruelle et de l’accès aux protections hygiéniques pour toutes : une priorité. Elles annoncent l’expérimentation dès cette année de la gratuité des protections hygiéniques dans plusieurs lieux collectifs (source : solidarité-santé.gouv).

Sources : 
Dons solidaires, communiqué de Presse, 2019.
Figo, month after month period poverty, 2019.
Disponible à l’adresse suivante : https://www.figo.org/news/month-after-month-period-poverty
Ifop, Dons solidaire, février 2019.
Disponible à l’adresse suivante : https://www.donsolidaires.fr/wp-content/uploads/2019/03/Pre%CC%81sentation-IFOP-Dons-Solidaires.pdf
Solidarités-santé.gouv, précarité menstruelle expérimentation de la gratuité des protections, 2020.

Le combat de l’association “Règles élémentaires”

Parce que chaque femme devrait vivre dignement sa période de menstruations, Claripharm a décidé d’appuyer le combat de l’association Règles élémentaires qui milite pour cette cause touchant tant de femmes.

Qui est l’association « Règles élémentaires » ?

C’est en novembre 2015 que Tara Heuzé-Sarmani fonde l’association Règles élémentaires. Aujourd’hui elle est la 1ère association à lutter contre la précarité menstruelle en France. Son objectif est de collecter des produits d’hygiène intimes à destination des femmes dans le besoin et de briser le tabou des règles.

Depuis sa création ce sont :

  • 1 500 000 protections périodiques collectées
  • 50 000 bénéficiaires
  • 1 000 collectes organisées avec 200 partenaires français

L’association a créé une plateforme citoyenne pour permettre à chacun de mener une action afin de lutter contre la précarité menstruelle.

En allant sur le site internet vous pouvez demander de recevoir des visuels de communication personnalisés et même une boîte à dons. Ces boîtes peuvent être disposées dans une entrée d’immeuble, au bureau … et chacun peut offrir ce qu’il souhaite pour donner la chance à une femme en situation précaire de recevoir une protection périodique.

 Quelles sont les actions de Claripharm ?

Si chaque femme mérite de pouvoir vivre ses règles en toute sécurité, Claripharm a pris cette année la décision de s’engager à faire chaque année des dons pour Règles élémentaires. Le mois dernier ce sont près de 400 coupes menstruelles que nous avons envoyé à l’association afin de rendre meilleure la vie des femmes en situation de précarité menstruelle. Grace à ce dispositif elles pourront être protégées durant une période de 3 à 5 ans.

Envie d’en savoir plus sur l’Association et participer activement à cette lutte contre la précarité menstruelle ? Rendez-vous sur le site web : www.regleselementaires.com

Coupe menstruelle et écologie : l’alternative zéro déchet

Vous êtes de plus en plus nombreuses à vouloir bannir les tampons. Aujourd’hui, on vous aide à adopter la Claricup, notre coupe menstruelle.

La Claricup Colorless : votre alliée éco-responsable

Une alternative écologique, zéro-déchet

Les protections périodiques non-réutilisables représentent une immense source de déchets. D’après le livre « Flow: The Cultural Story of Menstruation » une femme jetterai en moyenne, au cours de sa vie, l’équivalent de 150 Kg de déchets composés de serviettes hygiéniques et tampons. Ces protections non-réutilisables sont très polluantes car ce sont des déchets non-recyclables. Les tampons mettent 500 ans à se dégrader …

1200 serviettes hygiéniques contre 8 coupes menstruelles durant toute une vie.

La claricup représente une alternative écologique et saine pendant vos règles. Au cours de sa vie, une femme pourrait économiser 12 000 serviettes hygiéniques ou tampons en utilisant seulement 8 coupes menstruelles (en partant du principe qu’elle change sa cup tous les 3 ans).

Au-delà d’un gain économique de 8582 € au cours d’une vie, l’utilisation d’une cup est aussi l’occasion de consommer moins mais mieux !

Une Composition saine

Le port de serviettes hygiéniques et tampons suscitent de nombreuses interrogations. Les tampons en viscose plongés dans le chlore pour un blanchiment optimal, le polyacrylate de sodium composant certaines serviettes hygiéniques pour les rendre très absorbantes, font partie des ingrédients néfastes pour nos muqueuses et donc notre santé.

Pour votre sécurité Claripharm a choisi de mettre au point une alternative saine et transparente pour votre santé.

La Claricup™ colorless est composée uniquement de silicone de grade médical biocompatible. Un matériau doux, souple et 100% safe pour votre vagin. La protection périodique qui prend soin de vous en toute simplicité.

100 % Made in France

Claripharm est une entreprise française localisée en à Saint-Alban en Bretagne. Nous garantissons une production 100% française éthique et responsable. Notre savoir-faire français représente un gage de qualité et de sérieux que nous souhaitons mettre à l’honneur pour la confection de nos produits, afin de prendre soin de votre intimité.

Nous soutenons l’emploi local pour permettre l’insertion professionnelle au sein de notre belle région. Nous favorisons la collaboration avec des partenaires français pour la fabrication de packagings, flyers, l’achat de matières premières … Ces circuits courts permettent de diminuer les émissions de C02 avec l’arrêt des importations.

Nous soutenons la production française et bâtissons une économie durable ensemble !

Qu’attendez-vous pour utiliser une coupe menstruelle qui protège l’environnement et votre santé ? 😉

Alternative aux tampons : et si je passais à la cup ?

Composition, sècheresses vaginales, écologie, etc. Vous êtes de plus en plus nombreuses à chercher une alternative aux tampons.

Parmi la coupe menstruelle, les serviettes lavables, les culottes menstruelles ou les tampons bio, pas facile de choisir une alternative de protection hygiénique avec laquelle on se sente à l’aise. On a donc décidé de venir à votre rescousse !

L’objet de cet article n’est pas de mesurer le pour et le contre sur toutes les nouvelles méthodes de protection, nous laissons la liberté à chacune de se faire son propre avis, nous vous exposerons le notre dans un futur article 😉

En revanche, nous allons vous aider à y voir plus clair sur la coup menstruelle en répondant aux 5 grandes raisons qui vous empêchent de passer à la cup.

C’EST DIFFICILE À METTRE ?

Il faut en général 2 à 3 cycles avant d’avoir pris l’habitude d’insérer sa coupe menstruelle. Il existe différentes façons de plier sa coupe menstruelle, une fois la bonne méthode trouvée, vous n’aurez aucun mal à l’insérer. Retrouvez ici toutes nos méthodes de pliage.

On plie, on insère à l’entrée du vagin de sorte à ce que la base de la cup soit un tout petit peu plus haut que l’entrée de votre vagin (généralement à une phalange pour pouvoir facilement la retirer) et voilà !

Pour plus de facilité ou si vous souffrez de sécheresses vaginales, nous vous recommandons de l’humidifier avec de l’eau ou de la mettre sous la douche.

Une fois la Claricup placée, avec le bout du doigt on s’assure que le col de la cup soit totalement déplié, et voilà, vous êtes tranquilles pour 6 heures !

ÇA FAIT MAL ?

La coupe menstruelle s’insère comme un tampon, une fois pliée, ils font le même diamètre alors no panic ! De plus, le silicone utilisé pour la Claricup est particulièrement doux et souple. De grade pharmaceutique, il s’agit du même silicone utilisé pour les implants chirurgicaux. On dit alors stop aux microlésions que font les tampons qui irritent vos muqueuses lorsque vous les insérez, et oui à l’effet peau de pêche du silicone tout doux !

ÇA FUIT ?

Mauvais positionnement de la cup menstruelle ou erreur de taille, si une coupe menstruelle est mal utilisée, il est fréquent que des fuites soient remarquables. Chez Claripharm, votre victoire est aussi la nôtre, alors pour que toutes nos clientes soient satisfaites, nous vous accompagnons depuis le choix de votre taille jusqu’à sa bonne utilisation. Et si jamais la taille choisie n’est pas la bonne, nous vous en renvoyons une gratuitement !

Pour toute question, il suffit de nous écrire sur les réseaux sociaux ou à l’adresse suivante: contact@claripharm.fr

C’EST SALE ?

Des mains bien lavées avant et après l’insertion, une cup correctement désinfectée, votre Claricup box à portée de main et un point d’eau à proximité et le tour est joué !

Contrairement aux idées reçues, votre coupe menstruelle n’est jamais pleine à ras bord. Alors en pinçant délicatement la base de votre coupe menstruelle, celle-ci va doucement se plier et descendre tout en restant rester droite. Aucun risque de provoquer une inondation dans vos toilettes ni de vous en mettre plein les mains.

Il vous suffit ensuite de la vider dans vos toilettes, de la mettre dans sa Claricup box – la boite de transport et de désinfection fournie lors de son achat, d’aller la nettoyer à un point d’eau et de repartir pour 6 heures. Pas de robinet à proximité ? Aucun souci, prévoyez simplement une petite bouteille d’eau avec vous !
Aussi, nous avons conçu les Duopack qui vous permettent d’avoir deux Claricup, donc toujours une de rechange sous la main à tout instant. Habile…!

Alors on hésite encore ? Pour de nombreuses femmes, la coupe menstruelle représente une vraie révolution : économie, sécurité de composition, tranquillité d’utilisation, écologie… Et vous, quand passez-vous à la cup ?

Suivez-vous sur les réseaux sociaux, nous répondons à toutes vos questions.

Vous avez d’autres questions relatives à l’utilisation quotidienne de votre coupe menstruelle? Ecrivez-vous sur les réseaux sociaux ou par mail à: contact@claripharm.fr

Coupe menstruelle: hygiène et nettoyage

Pour porter sa coupe menstruelle en toute sécurité le nettoyage est une étape plus qu’essentiel ! Ici on vous dévoile toutes les astuces pour avoir une cup 100% propre.

Connaissez-vous la Claribox ?

La Claricup box est fournie avec chaque coupe menstruelle Claricup. Pourquoi ? Parce que celle-ci s’avère très utile pour la désinfection mais aussi pour le transport de la cup menstruelle. D’ailleurs, vous êtes près de 70% à utiliser la Claricup box (enquêtes utilisatrices décembre 2018).

Avant, vous aviez peut-être pour habitude de désinfecter votre coupe menstruelle à la casserole. Or, on doit bien se l’avouer ce n’est pas ce qu’il y a de plus discret. On a déjà toutes entendues des histoires de copines qui se retrouvaient à avoir une dispute avec leur moitié parce que mince c’est pas très cool à voir, et puis « Quoi ?? Après on utilise cette casserole pour faire à manger ?? ».  Bref vous l’avez compris, ce n’est pas toujours pratique dans la vie de tous les jours.

Et puis, comment faire pour vider sa coupe menstruelle en pleine journée ? On n’a pas forcément un lavabo dans toutes les toilettes qui nous permettrait de nettoyer notre cup pour ensuite la remettre. Ce que au passage, nous ne conseillons pas, puisque nous recommandons de désinfecter sa coupe menstruelle avant chaque utilisation. (oui on sait c’est contraignant, mais c’est pour votre bien). Nettoyer sa cup avec un morceau de papier toilettes ou juste la rincer avec ce qu’on trouve à portée de main n’est pas très hygiénique.

Comment faire alors ?

C’est pour cela que l’on aime notre Claricup box, elle est pratique pour la désinfection, discrète et permet de garder sa cup dans un endroit sûr, ce qui rend notre routine de nettoyage plus hygiénique.

Désinfection de la coupe menstruelle au micro-ondes

Après avoir nettoyé votre cup, il vous suffit de :

  • Placer votre coupe menstruelle dans sa boîte
  • Remplir la Claricup box d’eau
  • Placer le tout dans votre micro-ondes, couvercle ouvert, 5 min à 750 Watts.
  • Attendre un peu qu’elle refroidisse avant de la manipuler.

Votre cup est maintenant désinfectée, vous pouvez la réutiliser en toute tranquillité.
Si vous souhaitez désinfecter votre coupe menstruelle à la casserole, c’est possible ! Nous avons aussi validé la désinfection de la cup de cette manière. Pour cela, plongez la coupe menstruelle Claricup dans une casserole d’eau bouillante pendant 7 minutes. Libre à chacune de choisir sa méthode de désinfection.

IFrame

Questions / Réponses sur la désinfection de votre coupe menstruelle au micro-ondes

On parle de désinfection ou de stérilisation ?

Pour parler de stérilisation, il faut que l’atmosphère et l’environnement dans lequel vous êtes soit stérile, ce qui n’est pas possible chez vous.

Grâce à des tests effectués par un laboratoire extérieur agréé par le Ministère de la Recherche, nous avons validé que le micro-onde (5 min. à 750 Watts) et l’eau bouillante (7 minutes) ont une action d’élimination sur plusieurs espèces bactériennes, nous pouvons donc parler de désinfection.

Pourquoi une désinfection à 750 Watts, pendant 5 min ?

Chez Claripharm, nous gérons nos produits, notamment la coupe menstruelle Claricup, exactement comme des Dispositifs Médicaux, ce qui veut dire que tout ce que nous écrivons est validé par des tests réalisés par un laboratoire extérieur. Ce qui veut dire que nous avons fait des tests prouvant que la désinfection est efficace aux micro-ondes avec une puissance et un temps précis, et à l’eau bouillante dans une casserole pendant 7 minutes.

Nous vous recommandons de nettoyer, désinfecter ou changer votre Claricup toutes les 6 heures, pour éviter tout risque de Syndrome du Choc Toxique. Le Staphylocoque doré (la bactérie qui provoque le SCT), dans le pire des cas, peut produire la toxine causant le SCT après 6h dans votre corps. Nous vous recommandons donc de nettoyer et désinfecter votre Claricup toutes les 6h, pour stopper la croissance du Staphylocoque doré et ne pas réintroduire des bactéries susceptibles de provoquer un SCT.

Pensez bien à vous laver les mains avant toute manipulation de la Claricup, afin d’éviter d’amener des bactéries supplémentaires.

Comment faire si mon micro-ondes est plus puissant et ne m’offre pas la possibilité de choisir 750 Watts ?

Comme mentionné précédemment, nous avons réalisé nos tests de désinfection au micro-ondes qui valident la désinfection à 750W. Une désinfection à une puissance supérieure ne sera que meilleure. Nous ne pouvons cependant pas assurer que la durée de vie de la cup sera assurée jusqu’à 5 ans d’utilisation.

Transport de sa coupe menstruelle avec la Claricup box

La majorité des utilisatrices n’ont qu’une cup. Avec une cup cela voudrait dire qu’il faudrait trouver un endroit avec un lavabo pour pouvoir nettoyer rapidement votre cup après 6 heures de port… ET la désinfecter. Pas simple… En plus, comment nettoyer sa cup ? Avec de l’eau ? Avec du papier toilette ? Non cela n’est pas hygiénique. Comment la désinfecter ? Quasiment impossible.

C’est là que le DuoPack et ses deux Claricup box deviennent intéressants. Ainsi, vous partez le matin avec votre deuxième cup propre dans sa box et après 6 heures d’utilisation, vous inter-changez vos cups avec facilité. Vous nettoyez le tout arrivée chez vous, une fois tranquille avec votre lavabo et votre micro-ondes. Pour la discrétion, nous n’avons pas choisi une boîte de transport et de désinfection de toutes les couleurs ! La Claricup box est sobre, neutre, de couleur noire. Qui pourrait se douter que vous vous baladez avec votre cup usagée à l’intérieur ?

Pourquoi avoir 2 coupes menstruelles ?

La plupart d’entre nous utilisons la coupe menstruelle parce qu’elle est réutilisable et donc hyper pratique. Tout en gardant la dimension pratique (et écologique et économique !), nous recommandons de disposer de 2 coupes menstruelles pour plus d’hygiène…

Vous commencez la journée en portant une cup. Vous gardez une cup propre dans sa boite que vous emportez avec vous pour la journée, et après 6 heures, vous pouvez l’échanger avec celle que vous portiez.

Peut-être le savez-vous déjà, nous avons réalisé notre propre test sur le temps de port de la coupe menstruelle. Par mesure de précaution et pour votre santé, nous préconisons un temps de port maximal de 6 heures.

Des mesures d’hygiènes à respecter

6 heures ? Vous allez nous dire que ce n’est pas très pratique pour la changer. Surtout lorsqu’on est en déplacement, au travail, ou tout simplement hors de chez nous. Et on le sait, car oui chez Claripharm nous sommes les premières utilisatrices de nos produits.

On le rappelle, la cup est réutilisable, mais pour la réutiliser il est nécessaire de l’entretenir avec les bonnes mesures d’hygiène. Un nettoyage à l’eau ne suffit pas pour nettoyer votre cup, une routine de nettoyage s’impose (nettoyage + désinfection avant chaque utilisation).

Nettoyage et désinfection à chaque fois ? Vous allez nous dire, mais ils se foutent vraiment de nous… Déjà c’est galère de changer sa cup toutes les 6 heures, et en plus il faut la désinfecter aussi ?

C’est là que le DuoPack devient intéressant.  Grâce à vos 2 cups, vous pouvez facilement passer une journée de 12 heures en les inter-changeant dans la journée. Une fois arrivée dans un endroit approprié, le soir par exemple en rentrant chez vous, vous pouvez nettoyer et désinfecter vos 2 cups.

Pour la discrétion, nous n’avons pas choisi une boîte de transport et de désinfection de toutes les couleurs ! La Claricup box est sobre, neutre, de couleur noire. Qui pourrait se douter que vous vous baladez avec votre cup usagée à l’intérieur ? Et puis pour la transporter, autant dire que c’est beaucoup plus facile dans cette boite que dans un sachet textile.

La majorité des utilisatrices n’ont qu’une cup. Avec une cup cela voudrait dire qu’il faudrait trouver un endroit avec un lavabo pour pouvoir nettoyer rapidement votre cup après 6 heures de port… ET la désinfecter. Pas simple… En plus, comment nettoyer sa cup ? Avec de l’eau ? Avec du papier toilette ? Non cela n’est pas hygiénique. Comment la désinfecter ? Quasiment impossible.

Pourquoi 6 heures ?

Car après 6 heures, de vilaines bactéries peuvent se développer dans votre vagin et entrainer des infections, voire un Syndrome du Choc Toxique. Le risque est rare, mais il est présent. Par conséquent, nous avons fait notre test qui nous permet aujourd’hui de vous assurer un temps de port totalement safe de 6 heures. Si vous souhaitez en savoir plus sur le syndrome du choc toxique, c’est par ici.

Votre santé passe en priorité

Comme nous savons qu’il est important pour notre santé d’avoir ces 2 coupes menstruelles, nous proposons le DuoPack à un tarif préférentiel. Le DuoPack est au prix de 36€, alors que la cup unitaire est au prix de 26€ !

Et voilà, vous savez maintenant comment vous simplifier la vie, enfin du moins, vos règles.

Au bout de combien de temps dois-je vider ma coupe menstruelle ?

La coupe menstruelle est un produit « nouveau », qui fait beaucoup parler d’elle ces derniers temps. En réalité, il ne s’agit pas d’un produit si nouveau puisque la coupe menstruelle a été créée dans les années 1930 par Leona Chalmers.

Claripharm qui développe des coupes menstruelles depuis 5 ans, teste et analyse ses produits et possède des données scientifiques qui garantissent la qualité du produit et la meilleure façon de l’utiliser. Claripharm réalise tous ses tests en laboratoire agréé par le Ministère de la Recherche. Par conséquent, en toute transparence, ce que nous affirmons, nous le prouvons.Depuis 1930, la coupe menstruelle a bien évolué mais elle reste un produit non-réglementé en Europe. Aujourd’hui nous avons des données bibliographiques mais aucun test n’a été réalisé sur le produit lui-même.

Notre posture : rigueur scientifique pour sécurité et confort garantis !

A ce titre, nous avons obtenu la certification ISO13485, une norme internationale qui réglemente le management de la qualité des Dispositifs Médicaux. Ce statut implique des exigences de qualité de la conception à votre prise en main. Mais ce statut permet aussi que le produit et toute informations autour du produit évoluent en fonction des données scientifiques connues. Chez Claripharm nous considérons qu’une coupe menstruelle mérite le statut de Dispositif Médical, car elle est insérée dans notre corps tous les mois pendant 5 jours, pendant 30 ans,  et reste en contact prolongé avec les muqueuses vaginales. Il faut savoir qu’en France et en Europe, la coupe menstruelle est un produit d’hygiène de consommation courante, c’est-à-dire aussi réglementé qu’un stylo !

Pourquoi ce test ?

Dans le cadre des interrogations constantes sur le développement du Syndrome du Choc Toxique, il nous semble indispensable d’évaluer les risques d’utilisation.
C’est pourquoi nous avons décidé de réaliser notre propre test sur la Claricup.

Dans l’optique d’une amélioration du produit et au vu des évolutions des données scientifiques, nous avons réalisé en septembre 2017 un test sur la Claricup pour déterminer son temps de port.

Le risque de développer un SCT est très rare, mais pour ce petit pourcentage de risque existant, nous nous devons de vous apporter une réponse claire sur le temps de port.

Comment a-t-on fait pour déterminer ce temps de port sur la coupe menstruelle Claricup ?

Claripharm a réalisé ce test en laboratoire extérieur agréé par le Ministère de la Recherche.

Ce test a consisté à mesurer la croissance du staphylocoque doré en présence ou absence de la coupe menstruelle Claricup, toutes les heures pendant 12 heures.

Toujours dans le principe de précaution et dans l’objectif de vous fournir un produit sain, nous nous sommes placés dans le pire des cas. Nous avons réalisé ce test dans des conditions d’utilisation les plus favorables au développement d’un staphylocoque doré.

  • Nous avons choisi un milieu de culture encore plus favorable au développement du staphylocoque doré que le fluide menstruel.
  • La concentration en staphylocoque doré était déjà élevée au début du test : c’est comme si on commençait le test avec une coupe menstruelle déjà contaminée / mal nettoyée.

Nous avons ajouté le milieu de culture dans des flacons ; flacons contenant une coupe menstruelle et flacons vides. Puis nous avons mesuré comment le staphylocoque doré se développe, toutes les heures pendant 12 heures, à 37°C.

Le staphylocoque doré commence à produire la toxine responsable du Syndrome du Choc Toxique à partir du moment où sa croissance atteint un plateau. Ce qui nous permet de définir un temps de port maximal à 6 heures.

Il n’y a aucune différence dans le développement du staphylocoque doré, qu’il y ait une Claricup ou pas. La Claricup ne favorise donc pas le Syndrome du Choc Toxique.

Ce que nous recommandons pour vous :

Forts de ces résultats scientifiques, Claripharm préconise un temps de port de 6 heures.
En respectant des règles d’hygiène simples et faciles (vous laver les mains avant de manipuler la cup & nettoyer la cup avant chaque insertion), vous diminuez d’autant plus les risques de contaminer votre cup et donc de développer un SCT.

La sécurité de nos produits est au centre de nos préoccupations & nous travaillons déjà sur des solutions vous facilitant la vie, mais ça … c’est à suivre dans la prochaine news !

Vous avez d’autres questions relatives à l’utilisation quotidienne de votre coupe menstruelle? Ecrivez-vous sur les réseaux sociaux ou par mail à: contact@claripharm.fr

Claricup, comment utiliser sa coupe menstruelle ?

Nouvel objet dans votre salle de bain, la coupe menstruelle devient un indispensable mensuel de plus en plus de femmes.

Comment l’utiliser, comment la positionner, comment la nettoyer, nous répondons à toutes vos questions pour une utilisation facile de votre coupe menstruelle Claricup.

Qu’est-ce que la coupe menstruelle?

Alternative saine et écologique aux tampons et aux serviettes hygiéniques, la coupe menstruelle a pour principe de récolter votre sang grâce à une cloche souple en silicone qui épouse les parois de votre vagin et recueille votre sang durant 6 heures.

Chez Claripharm, les coupes menstruelles Claricup sont composées à 100% de silicone médical de classe VI, c’est-à-dire, le même silicone médical que celui utilisé pour les pacemakers. Une matière souple, douce, non irritante et surtout…approuvée médicalement (parce que oui, quitte à insérer une cup dans notre vagin, autant que celle-ci soit faite de matériaux adaptés !)

Cela semble logique mais pourtant, par absence de règlementation européenne du marché des produits d’hygiène intime, nombre de produits vendus sont issus de matières premières aucunement conçues pour un usage d’insertion intra vaginale. Insérer du plastique, faire boire du chlore, du phtalate ou des colorants alimentaires à nos vagins, c’est un scandale, on vous l’accorde ! 

Nous reviendrons sur le sujet et notre combat quotidien ! 

Pourquoi utiliser la claricup ?

Les avantages de la coupe menstruelle Claricup

La coupe menstruelle Claricup va révolutionner vos règles, découvrez pourquoi il est temps de changer les règles.

Elle est économique. Claricup est au prix de 26€ et est réutilisable jusqu’à 5 ans. Votre Claricup est rentabilisée en 3 mois. Claricup est éco-friendly et écologique. Elle est réutilisable jusqu’à 5 ans ; vous n’avez plus à jeter des tas de protections hygiéniques tous les ans. Fabrication selon les standards de qualité et sécurité des Dispositifs Médicaux.
Confortable et invisible.
Respecte l’équilibre intime.
Ni fuites, ni odeurs. Claricup est facile à utiliser.

Plier la, insérer la et réutiliser la !

100 % MADE IN FRANCE

Focus sur la qualité de Claricup

Nos coupes menstruelles sont fabriquées en silicone médical de haute qualité au platine (USP Classe VI biocompatible). C’est la seule coupe menstruelle en silicone médical biocompatible et antimicrobien.

Le saviez-vous ?

En  Europe,  aucune  certification  n’est  exigée  pour  pouvoir  fabriquer  ou  distribuer  une  coupe  menstruelle.

Le  laboratoire  Claripharm  est  certifié  ISO13485  CMDCAS (norme  canadienne  des  Dispositifs  Médicaux)  :  tout  le  processus  de  conception,  fabrication  et

distribution  de  la  Claricup est  contrôlé  par  un  organisme  indépendant,  afin  de  garantir  une  sécurité  maximale  aux  utilisatrices.

Ce  que  nous  affirmons,  nous  le  prouvons.

Comment fabriquons-nous la coupe menstruelle Claricup ?

Chez Claripharm, nous sommes issus du domaine des implants. Nous considérons notre coupe menstruelle Claricup comme un dispositif médical de classe II.

Nous réalisons les tests suivants sur Claricup, au même titre qu’un Dispositif Médical : biocompatibilité (cytotoxicité, irritation, sensibilisation) ; validation de la désinfection au micro-onde avec la box ou à l’eau bouillante.

Mais qu’est ce que c’est ? 

SILICONE  MÉDICAL

Le  silicone  de  la  Claricup est  homologué  pour  être  utilisé  en  chirurgie.

BIOCOMPATIBLE

Après  fabrication,  la  Claricup est  testée  pour  sa  biocompatibilité.  C’est  prouvé  :  elle  ne  provoque  pas  d’irritations  vaginales.

ANTIMICROBIEN

Le  silicone  de  la  Claricup contient  de  l’argent,  un  antimicrobien naturel. L’argent  permet  une  désinfection  plus  efficace (comparé  à  une  coupe  menstruelle  sans  argent) pour  que  vous  puissiez  réutiliser  la  Claricup en  toute  sécurité.

BOX  DE  DÉSINFECTION

Pour  une  utilisation  en  toute  sécurité,  il  est  important  de  désinfecter votre  Claricup entre  chaque  utilisation  (en  plus  de  bien  se  laver  les  mains).

C’est  pour  ça  que  chaque  Claricup est  fournie  avec  sa  box  de  désinfection  !

Sécurité et tests poussés au maximum

0 FIBRES IRRITANTES / MÉTAUX LOURDS / LATEX / PARFUMS
5 MINUTES AU MICRO-ONDES, DANS SA BOX POUR UNE DÉSINFECTION EFFICACE PROUVÉE
6 HEURES DE TEMPS DE PORT VALIDÉ

Notre posture : la rigueur scientifique pour sécurité et confort garantis !

Comment choisir sa coupe menstruelle?

Pas toujours simple de s’y retrouver parmi tous les modèles et toutes les marques de coupes menstruelles. Chez Claripharm, tous nos mdèles ont la même coupe, seule la taille change pour s’adapter à un maximum de morphologies, flux, et habitudes de vie des femmes.

Parce que vous êtes toutes uniques, comment choisir la bonne coupe menstruelle Claricup ?

1. D’abord une histoire de flux

De nombreux indicateurs peuvent vous aider, comme le fait d’avoir eu des enfants, d’être une jeune femme, ou encore d’être sportive.

Mais l’indicateur le plus pertinent est votre flux.

Pour vous aider, référez-vous à ce que vous utilisez actuellement.

CLARICUP TAILLE 0

Flux très léger

Équivaut à 1 tampon classique

Contenance : 13.7 ml

Longueur : 71 mm

Longueur sans la tige : 44 mm

Diamètre : 36 mm

CLARICUP TAILLE 1

Flux léger à normal

Équivaut à 1 tampon super absorbant

Contenance : 20.2 ml

Longueur : 74 mm

Longueur sans la tige : 47 mm

Diamètre : 41 mm

CLARICUP TAILLE 2

Flux abondant

Équivaut à 1,5 tampon super absorbant

Contenance : 29.5 ml

Longueur : 74 mm

Longueur sans la tige : 52 mm

Diamètre : 46 mm

CLARICUP TAILLE 3

Flux très abondant

Équivaut à 2 tampons super absorbants

Contenance : 36 ml

Longueur : 74 mm

Longueur sans la tige : 52 mm

Diamètre : 51 mm

2. Comment être sûre que j’ai pris la bonne taille ?

a. Pas de fuites

Avec une taille de cup adaptée, vous ne devriez pas avoir de fuites. Si toutefois vous en avez, elles peuvent s’expliquer par deux raisons :

  • Un mauvais positionnement.

Dans ce cas nous vous invitons à revoir nos méthodes de pliages et d’insertion ici.

Pour vérifier son bon positionnement, vous pouvez attraper la base de votre cup menstruelle et la faire tourner sur elle-même. Si elle tourne, c’est qu’elle est bien placée et dépliée.
Ensuite vous pouvez passer un doigt le long de la cup, le remonter jusqu’au col de la cup afin de vérifier que la coupe menstruelle soit bien déployée.

  • Une mauvaise taille.

Une fuite se crée alors car l’effet d’étanchéité ne se réalise pas.

Soit car la cup est trop petite et n’adhère pas aux parois vaginales, soit elle est trop grande et elle ne se déploie pas entièrement.

Vous pensez avoir choisit la mauvaise taille ? Ecrivez-nous à contact@claripharm.fr nous vous proposerons une solution.

b. Pas de sensation d’inconfort

Une cup correctement insérée et positionnée ne devrait pas se sentir. C’est un des nombreux avantages de la cup : on oublie qu’on a ses règles !

Pour que la cup soit bien positionnée et que l’effet ventouse se produise bien, il faut impérativement que la cup soit bien déployée. Si vous passez votre doigt autour de votre coupe menstruelle et sentez un petit bourrelet plié, c’est que votre cup est trop grande et n’arrive pas à s’ouvrir entièrement, par manque de place. Il faut penser à pendre une taille en dessous.

Si vous avez encore des doutes, n’hésitez pas à nous contacter par mail à contact@claripharm.fr, nous ferons le nécessaire pour vous apporter notre expertise et une solution.

c. Coupe menstruelle Taille 0 – Décryptage de la Mini Claricup

La Mini Claricup fait partie de notre gamme de coupe menstruelle, il s’agit de la plus petite taille. Nous l’avons pensée plus petite pour qu’elle soit plus facile d’utilisation notamment pour les premières règles.

La contenance de la Mini Claricup est de 13,7 ml. Malgré ses petites dimensions, sa contenance reste suffisante pour un flux normal et peut recueillir le sang jusqu’à 6 heures.

Comme pour les autres modèles, la base renforcée de la Claricup a été pensée pour retirer facilement la cup même s’il s’agit des premières utilisations. Pour la retirer, il faut simplement pincer la base pour annuler l’étanchéité. Puis tirer délicatement sur la base de la cup pour la retirer.

d. Zoom sur la Taille 3 : Flux très abondants

La coupe menstruelle Claricup Taille 3 répond aux demandes des femmes aux flux très abondants. Grâce à sa contenance est de 36 ml, ce qui équivaut à plus de 2 tampons super absorbants, la taille 3 est notamment optimale pour les femmes ayant accouché par voie basse.

Flux abondants ou super abondants?  En cas de doute, n’hésitez pas à consulter notre article sur les règles abondantes ici.

Comment plier sa coupe menstruelle?

Il faut généralement 2 à 3 cycles avant de manier sa coupe menstruelle facilement.

Avant chaque utilisation de cup, il faut penser à bien se laver les mains.

Chacune a sa méthode préférée, il faut prendre le temps de la trouver en en essayant plusieurs. Vous verrez qu’ensuite l’insertion se fera plus rapidement, et avec plus de facilité.

Nos 2 méthodes préférées sont la méthode « punch down » car permet un point d’insertion tout petit (cf photo), et la méthode en C qui consiste à plier sa cup en 2.

Découvrez nos tutos juste en dessous.

Comment insérer et positionner sa coupe menstruelle?

Lors de vos premières tentatives, pourquoi ne pas essayer d’insérer votre Claricup sous la douche en position accroupie ? L’eau chaude vous aidera à vous décontracter.

Si vous stressez, les muscles de votre périnée vont se contracter, et alors l’insertion et le retrait seront plus difficiles. Prenez le temps de trouver un endroit calme, agréable, dans lequel vous vous sentez bien et vous aide à vous décontracter.

Une fois que vous avez plié votre coupe menstruelle, guidez-la doucement dans votre vagin, en l’insérant de sorte à ce que le bas de votre coupe soit au niveau de l’entrée de votre vagin et la tige entre vos lèvres. Les coupes menstruelles une fois positionnées, sont généralement équivalentes d’un point de vue positionnement, à l’insert d’un doigt dans votre vagin.

Gardez la cup pliée jusqu’à ce qu’elle soit positionnée à la bonne hauteur, puis laissez-là s’ouvrir doucement.

Comment retirer sa coupe menstruelle ?

Avant de la retirer, pensez bien à vous laver les mains.

Comme pour l’insertion, vous pouvez vous placer sous une douche chaude pour la retirer. Vous pouvez également vous tenir accroupie, debout, assise sur les toilettes ou bien lever une jambe en la positionnant par exemple sur le bord d’une baignoire. L’important est que vous soyez bien détendue et que vous trouviez la position qui vous conviennes le plus.

Pincez du bout des doigts la base de votre coupe menstruelle sans jamais tirer sur la tige au risque de vous faire mal.

En pinçant la cup, vous désactivez l’effet ventouse, ne vous laissant alors plus qu’à glisser doucement votre cup hors de votre vagin et verser son contenu dans vos toilettes, dans la douche ou dans l’évier.

Si vous rencontrez des difficultés pour atteindre votre coupe menstruelle, surtout, ne paniquez pas ce n’est pas grave. Soufflez, respirez et poussez doucement sur les muscles de votre périnée, comme si vous alliez à la selle. Votre cup descendra et vous pourrez attraper sa base plus facilement.

Comment nettoyer sa coupe menstruelle Claricup ?

Utiliser une coupe menstruelle implique quelques gestes essentiels pour garder sa cup propre et protéger son corps de mauvaises bactéries.

Les 3 étapes: 

1. Le nettoyage des mains

Une étape simple, qui est pourtant souvent négligée. Pensez bien à vous laver les mains avant toute insertion OU retrait de la cup.

2. Le nettoyage de la cup

Pourquoi le faire avant chaque insertion ?

Parce-que la coupe menstruelle est réutilisable, il est essentiel de bien la laver afin d’éliminer tout biofilm de bactéries qui aurait pu se former pendant son utilisation. L’idée est de « repartir de zéro » à chaque réinsertion.

Comment ?

Pour éliminer un biofilm, un rinçage à l’eau ne suffit pas : il faut une action mécanique avec un détergent doux pour décoller toute trace du biofilm et donc de mauvaises bactéries.

Nous conseillons de nettoyer votre coupe menstruelle avec un gel douche intime formulé sans parfum, sans colorants, sans alcool, sans parabène pour ne laisser aucun résidu sur la coupe menstruelle sans abimer votre flore vaginale.

… patientez encore quelques semaines pour découvrir notre nettoyant pour la cup, le Claricup Wash.

3. La désinfection de la cup

Pourquoi le faire avant chaque insertion ?

Le nettoyage aura enlevé les traces de sang et le biofilm de bactéries. Mais pour être vraiment sûre d’éliminer le plus de bactéries possibles, la stérilisation est ce qu’il y a de plus efficace.

En temps normal, la flore bactérienne naturellement présente dans le vagin crée un milieu acide, ce qui empêche le développement de micro-organismes susceptibles de causer des infections. Néanmoins, pendant les règles le pH vaginal augmente, ce qui favorise la croissance de micro-organismes pathogènes, ces petites bêbêtes qui provoquent des maladies, comme des infections ou mycoses.

Lorsqu’un dispositif est inséré dans le vagin pendant les règles (tampon ou coupe menstruelle), certaines espèces bactériennes ont tendance à proliférer, notamment le Staphylocoque doré. C’est pourquoi il est important de désinfecter sa cup avant chaque insertion, soit toutes les 6h afin d’éviter tout risque d’infection, et notamment le risque faible mais existant de provoquer un Syndrome du Choc Toxique.

Comment ?

Pour désinfecter votre coupe menstruelle, rien de plus simple !

Votre Claricup vient avec une boîte noire : la Claricup box.
Il vous suffit de :

1/ Placer votre Claricup dans sa boîte.

2/ Remplir la Claricup box d’eau.

3/ Placer le tout dans votre micro-ondes, couvercle ouvert, 5 min à 750 Watts.

4/ Attendre un peu qu’elle refroidisse avant de la manipuler.

Votre cup est maintenant désinfectée, vous pouvez la réutiliser en toute tranquillité.

Désinfecter sa cup toutes les 6 heures est trop contraignant?

Nous avons spécialement conçu le DuoPack, un lot de 2 Claricup avec ses 2 Claricup box qui vous permettra d’inter-changer vos cups plus facilement pour 2×6 heures sereinement.

La Claricup à la loupe 🔍

Qu’est ce qu’il y a dans mes protections hygiéniques ? C’est une question que de plus en plus de femmes se posent, et pourtant il est parfois bien difficile de savoir ce que l’on met en contact avec son vagin 5 jours par mois, tous les mois, pendant 30 à 40 ans. Comment est-ce possible ? Où trouver la bonne information ? Et une fois qu’on connait la composition, comment s’assurer qu’elle est sûre pour notre santé ?

Beaucoup de femmes ont commencé à utiliser une coupe menstruelle, en pensant qu’en plus d’être pratique, écologique et économique, le silicone d’une cup a l’air a priori plus sûr que la cellulose de bois blanchie contenant des perturbateurs endocriniens et des pesticides qu’on trouve dans les tampons et serviettes. Mais est-ce vraiment le cas ?

Un récent rapport de l’ANSES le confirme : on trouve des traces de composés chimiques dans les protections intimes classiques (tampon, serviette, protège slip)

La nouvelle est tombée le 19 juillet 2018 : pendant 2 ans, l’ANSES (l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) a mené des études sur la composition des protections hygiéniques classiques, et la liste des composés « préoccupants » est effarante : dioxine, pesticides, phtalates, parfum allergène… autant de composés que la communauté scientifique soupçonne d’effets cancérigènes, mutagènes ou reprotoxiques.

Il est possible que ces substances soient apportées par la matière première (par exemple les pesticides dans le coton) ou par les procédés de fabrication (le blanchissement des fibres par des dérivés chlorés provoque la formation de dioxine).

Heureusement, l’ANSES affirme que ces substances sont en trop faible quantités pour être dangereuses. Mais elle recommande quand même de modifier les procédés de fabrication pour diminuer les risques de contamination ET de mettre en place une réglementation qui permettrait de mieux encadrer les protections intimes.

Malgré l’amalgame parfois fait dans les médias, aucune étude de composants chimiques n’a été faite sur les coupes menstruelles pour l’instant, car les analyses sont plus difficiles à faire (on y revient plus tard).

Comment savoir ce qu’il y a dans la coupe menstruelle Claricup ?

Ne vous inquiétez pas, nous n’avons pas attendu l’ANSES pour nous poser la question !

  • Garantie n°1 :  Déjà, il y a ses principaux composants : du silicone médical antimicrobien USP Class VI et des colorants pharmaceutiques. Ces deux matières premières ont passé tous les tests de biocompatibilité des Dispositifs Médicaux : si ça nous chantait, on pourrait en faire des implants chirurgicaux !
  • Garantie n°2 : Comme le mentionne l’ANSES, les matières premières sont importantes mais aussi les procédés de fabrication : ils peuvent contaminer le produit si ils ne sont pas bien contrôlés. En appliquant la norme ISO13485 à notre Système de Management de la Qualité, nous vous offrons la garantie que chaque étape de fabrication, de transport, de conditionnement et de stockage est conçue et contrôlée comme pour un Dispositif Médical, ce qui permet de limiter au maximum les risques de contamination involontaire.
  • Garantie n°3 : C’est bien beau de contrôler, mais une fois le produit fabriqué, comment être sûr de chez sûr qu’il n’y a rien de dangereux dedans qu’on aurait pas prévu ? Deux types de test permettent de s’assurer que l’on met un produit sain et sûr sur le marché : les tests de biocompatibilité, et les tests d’extractibles.

Les tests de biocompatibilité effectués sur la Claricup sont les mêmes que ceux qui ont été fait sur les matières premières. 3 paramètres sont testés : la cytotoxicité, la sensibilisation et l’irritation. Ils permettent de savoir si un produit provoque une réaction une fois mis en contact avec le corps. C’est officiel : la Claricup a passé haut la main tous ces tests, elle est donc biocompatible !

Les tests d’extractibles permettent de savoir exactement quels composants chimiques sont dans les produits. Ce sont les tests que l’ANSES a des difficultés à faire sur les coupes menstruelles. On le sait parce qu’on a eu les mêmes problèmes quand on les a fait sur la Claricup ! Le principe est simple : on plonge un produit dans différents solvants (eau, alcool…) pendant au moins 24h. Chaque solvant permet d’extraire différents types de molécules du produit. Ensuite, on évapore et analyse chaque extraction. Le problème, c’est que le silicone a tendance à se dissoudre dans certains solvants… difficile dans ces cas là d’analyser quoique ce soit ! Mais à force d’essais (et grâce à notre super Chef de Projet R&D qui a un Doctorat en Biomatériaux), nous avons réussi à mettre en place un protocole qui nous permet de vous dévoiler la composition exacte de la Claricup :

Dans la Claricup, il n’y a pas de : (attention, concours de diction !)

  • Bisphénol A
  • Nonylphenol
  • 4-Heptylphenol
  • Nonylphenol diethoxylate
  • 4-tert-Octylphenol
  • 4-tert-Octylphenol monoethoxylate
  • Bis(2-ethylhexyl)phthalate
  • Benzyl butyl phthalate
  • Bis(2-methoxyethyl)phthalate
  • Dipentylphthalate
  • Diisopentyl phthalate
  • Di-n-hexyl phthalate
  • Métaux lourds (Antimoine, Arsenic, Cadmium, Cuivre, Mercure, Nickel, Plomb, Manganèse, Etain)
  • Chlore

Dans la Claricup il y a :

  • De la Silice (la base du silicone)
  • De l’Argent (l’agent antimicrobien)
  • Du Platine (ce qui accélère le durcissement du silicone pendant la fabrication)
  • Des colorants pharmaceutiques (rien de surprenant ici)

Voilà, vous savez tout !

Pourquoi tout le monde ne fait pas la même chose ? Parce qu’aucune réglementation en Europe ne les y oblige.

En Europe, dans le domaine de la santé, il existe 3 grandes catégories de produit, qui ont chacune leur réglementation :

  • Les Médicaments ont la réglementation la plus drastique. Ils agissent sur une maladie grâce à une molécule ou une combinaison de molécules.
  • Les Dispositifs Médicaux vont de la lingette stérile à la prothèse de hanche, en passant par les préservatifs. Leur mode d’action est différent des médicaments : les DM ont une action mécanique sur une maladie (une plaie à nettoyer, une infection sexuellement transmissible à éviter).
  • Les Cosmétiques ne sont pas là pour soigner une maladie, mais pour nettoyer, améliorer l’aspect, parfumer ou maquiller la peau et les cheveux.

Quand on regarde ces 3 catégories, ça nous paraitrait logique de mettre les tampons, les serviettes et les coupes menstruelles dans la catégorie des Dispositifs Médicaux. Et pourtant… Les règles n’étant (heureusement) pas une maladie, en Europe, les protections hygiéniques ne rentrent dans aucune de ces 3 catégories. Elles sont donc réglementées comme un produit de consommation courante… un stylo bic, par exemple.

D’autres pays sont allés plus loin que l’Europe : les USA, le Canada, le Japon ou le Mexique ont une réglementation différente : comme ce sont des objets qui restent en contact prolongé avec les muqueuses vulvaires et vaginales (qui, on le rappelle, laissent passer encore plus de molécules dans le sang que la peau), les protections hygiéniques sont classées dans la catégorie des Dispositifs Médicaux.

Qu’est-ce que ça change ? TOUT !

En Europe, le manque de réglementation veut dire que rien n’oblige les fabricants à afficher la composition de leurs produits, ni à prouver la sécurité des composants. En matière de protections hygiéniques, les femmes européennes sont donc moins protégées que (presque) partout ailleurs dans le monde.

Heureusement, les choses sont en train de bouger : une des conclusions principales du rapport de l’ANSES est qu’il est nécessaire d’encadrer les protections intimes par une réglementation européenne, une conclusion avec laquelle nous sommes évidemment en accord total.  Et nous sommes fières de confirmer que nous sommes le seul fabriquant de coupe menstruelle à avoir répondu à leurs questions dans le cadre de leur enquête, en toute transparence, pour notre sécurité à toutes.

Vous avez d’autres questions relatives à l’utilisation quotidienne de votre coupe menstruelle? Ecrivez-vous sur les réseaux sociaux ou par mail à: contact@claripharm.fr

Nos conseils Post-partum

Retour des règles après accouchement (ou retour de couches), à quoi dois-je m’attendre ?

Et voilà, vous voici maman, votre bébé est arrivé et cela implique de nombreux changements dans votre vie. On pense aux longues nuits que vous passez aux côtés de votre bébé, aux montées de lait inattendues, (merci le petit haut taché) mais aussi à vos règles. Le retour des règles, aussi appelé « retour de couches », va arriver petit à petit. Nous sommes toutes différentes, l’arrivée des règles ne se fait alors pas au même moment, ni de la même manière pour toutes les femmes ; attendez-vous à quelques changements.

Et le retour, c’est pour quand ?

Bon, nous savons que l’un des avantages pendant la grossesse, c’est de ne pas avoir ses règles. Malheureusement, celles-ci vont repointer le bout de leur nez, mais quand ?
Première question, allaitez-vous ? La réponse à cette question vous aidera à définir le moment du retour de vos règles.

Si vous n’allaitez pas, vous pouvez vous attendre à un retour des règles entre 8 et 10 semaines après l’accouchement.

Si vous allaitez, (c’est le cas de 60% de femmes en France), le retour des règles peut être plus long. On parle généralement de 6 mois. Encore une fois, nous sommes toutes différentes, le retour des règles peut alors être plus long, jusqu’à 1 an. Pas d’inquiétude si vos règles ne sont pas encore arrivées et que vous êtes dans cette période d’allaitement.

Lien entre allaitement et retour des règles

La prolactine est une hormone fabriquée au niveau du cerveau, c’est elle qui provoque et maintient la production de lait maternel après l’accouchement. Nous avons toutes cette hormone en nous, la prolactine intervient aussi dans la reproduction, la croissance, l’immunité mais son taux est largement augmenté pendant la grossesse et en période de post accouchement, notamment en période d’allaitement.

Après l’accouchement, le taux de prolactine revient à la normale en moins de deux semaines si vous n’allaitez pas.

Si vous avez fait le choix d’allaiter, les tétées jouent un rôle important car elles stimulent immédiatement le taux de prolactine. La sécrétion de prolactine reste élevée tant que vous continuez d’allaiter. De nombreuses femmes ont leur retour de couches au moment où le bébé diminue son nombre de tétées : soit parce qu’il commence à manger des solides, soit parce qu’il prend des biberons.

Cette hormone empêche l’ovulation, et donc les règles. Mais chez 10% des femmes, ce n’est pas le cas. De plus, le retour de couche est précédé d’une période d’ovulation qui a eu lieu 15 jours avant. Qu’est ce que cela veut dire ? Que vous êtes susceptible d’ovuler à n’importe quel moment, sans vous en rendre compte. Qui dit ovulation dit aussi une nouvelle éventuelle grossesse. L’allaitement ne constitue donc pas un moyen de contraception fiable. Si vous ne souhaitez pas être de nouveau enceinte dans l’immédiat, vous devez utiliser un moyen de contraception.

A quoi s’attendre ?

La première chose qui arrive après l’accouchement, ce sont les lochies. Il s’agit d’un mélange de sang et de débris de la muqueuse utérine. Cela ressemble beaucoup aux règles, mais ça n’en n’est pas ! Nous vous en parlons plus en détail dans l’article disponible ici.

Les premières règles après bébé ne sont pas identiques à celles que vous avez l’habitude de connaitre. Il est possible que vos règles soient plus abondantes. Si vous ne connaissez pas encore les chutes du Niagara, bienvenue !

Pour les utilisatrices de coupes menstruelles, un changement de taille pourra s’avérer nécessaire car si vous observez une augmentation du flux menstruel, la contenance de votre coupe menstruelle ne sera peut-être plus suffisante. Par ailleurs, le corps change après un accouchement, et le vagin aussi ! Si vous observez des fuites mais que la cup n’est pas pleine, c’est que la cup menstruelle est trop petite et n’adhère plus bien aux parois du vagin qui a pu se distendre. Pour plus d’infos sur les tailles des coupes menstruelles, n’hésitez pas à consulter notre guide des tailles.

Les crampes peuvent aussi s’intensifier pendant cette période. Nous vous invitons à découvrir nos astuces naturelles qui vous aideront à soulager vos douleurs en cliquant ici.

Attention cependant aux signes d’alertes :

Si vos règles sont vraiment très abondantes, c’est à dire, si votre serviette hygiénique est pleine en 1H, ou que vous devez changer votre coupe menstruelle toutes les heures, c’est que l’abondance des règles est anormale. Consultez votre professionnel de santé qui vous permettra d’éviter toutes complications.

Lochies ou saignement post-partum : Peut-on utiliser une coupe menstruelle après un accouchement ?

Ça y est, après 9 mois d’attente plus ou moins patiente, votre bébé est là avec son cortège de petits bonheurs et d’insomnies. Votre corps se remet petit à petit de la grossesse et de l’accouchement, le processus de suite de couches (ou Post-Partum) prend en général plusieurs semaines et c’est tout à fait normal. Parmi les symptômes de ce processus, on trouve les lochies, ces pertes de sang qui arrivent juste après la naissance. Qu’est ce que c’est exactement ? Combien de temps durent les lochies ? Quelles mesures d’hygiènes faut-il prendre ou que faut-il éviter pour les gérer au quotidien ? A partir de quand puis-je utiliser ma coupe menstruelle ?

Est-ce normal de saigner après l’accouchement ?

OUI ! C’est tout à fait normal, que vous ayez accouché par voie basse ou par césarienne. Pendant la grossesse, l’utérus grossit et s’épaissit au fur et à mesure de la croissance du fœtus. Pour schématiser, il passe de la taille d’une poire à celle d’une grosse GROSSE pastèque. En plus de grandir, l’utérus développe un nouvel organe : le placenta, qui va apporter les nutriments au fœtus, le débarrasser des déchets qu’il produit et sécréter des hormones. Une fois que le bébé est né, environ 30 minutes après la naissance, l’utérus se contracte pour expulser le placenta ce qui laisse une plaie sur la paroi utérine. L’utérus commence aussi à se débarrasser de sa muqueuse interne, qui n’est plus utile après la naissance. Ce sont les lochies. Elles font parties du processus naturel de suites de couches, pendant lequel l’utérus va retrouver sa taille initiale en 6 à 8 semaines. Alors pas d’inquiétude !

Saignements post-partum : à quoi dois-je m’attendre ?

Les saignements post-partum ou lochies, sont un mélange de sang et de débris de la muqueuse utérine. En fait, au départ ça ressemble beaucoup à des règles, même si techniquement ce n’est pas la même chose :

  • Les 2 à 4 premiers jours après la naissance : les lochies sont TRÈS TRÈS abondantes (pensez “chutes du Niagara”) et de couleur rouge vif. Il peut aussi y avoir des caillots de sang, mais s’ils sont aussi gros qu’une balle de golf, il faut demander un avis médical.
  • À partir du 4ème jour et pendant une à deux semaines : la perte de sang diminue, les lochies deviennent roses, parfois marron.
  • Autour du 12ème jour post-accouchement et pendant 3-4 jours : Les saignements regagnent en intensité, ce qui est dû à la chute des hormones de grossesse. Rien à voir cependant avec des règles, car le cycle menstruel n’a pas encore repris.
  • Jusqu’à 6 semaines après l’accouchement : Les lochies sont jaunes claires ou blanches. Elles devraient avoir une odeur similaire à celle des règles.

Les lochies peuvent donc durer jusqu’à 6 semaines après l’accouchement. Si vous allaitez, la tétée provoque la production d’ocytocine, une hormone qui va provoquer des contractions de l’utérus et raccourcir le temps des lochies. Si vous avez porté des jumeaux ou des triplés, il est possible que vos lochies soient plus abondantes et durent plus longtemps.

Lochies : comment les gérer ?

Comme elles ressemblent beaucoup à des règles, on peut être tentées d’utiliser les mêmes choses pour les absorber ou les recueillir : Tampons, serviettes ou coupe menstruelle. Mais attention, les règles et les lochies sont deux phénomènes bien différents et les précautions à prendre ne sont donc pas les mêmes !

Le col de l’utérus et la glaire cervicale servent de barrière aux bactéries qui se trouvent dans le vagin, afin de les empêcher de remonter dans l’utérus qui doit rester sans bactéries. Pendant l’accouchement, le col de l’utérus se dilate pour laisser passer le bébé, et ce réflexe se déclenche même si l’accouchement se fait par césarienne. Il faut plusieurs semaines au col de l’utérus pour se refermer et pendant ce temps il ne joue plus aussi bien son rôle de barrière aux bactéries.

Pendant le temps des lochies, il est donc important de ne rien insérer dans le vagin, car il faut éviter d’y introduire des bactéries qui pourraient remonter dans l’utérus.

Ça veut malheureusement dire que vous devez éviter les bains, la piscine, et les câlins avec pénétration, et que vous ne pouvez utiliser ni tampons, ni coupes menstruelles. Il vous reste donc les serviettes, mais pas n’importe lesquelles : les super-absorbantes-avec-culotte-filet (sexy !) : Et oui ! Elles ont l’avantage d’être très absorbantes et épaisses, ce qui vous permettra de vous asseoir sans trop de difficultés. La maternité vous en fournira sûrement, mais prévoyez un petit stock chez vous.

Côté hygiène intime, vous n’avez pas besoin de faire une toilette intime complète à chaque passage au petit coin. Contentez-vous d’une toilette intime une fois par jour, simplement avec de l’eau ou avec un gel nettoyant au pH adapté.

Lochies : à quel moment s’inquiéter ?

Si vos lochies ont une odeur désagréable du type poisson pourri ou si vous saignez à un moment imprévu, demandez un avis médical : c’est peut être le signe d’une infection de l’utérus dûe à un débris du placenta ou à un caillot de sang mal évacué. Si les saignements sont abondants au point que vous remplissez une serviette en 1h, c’est la même chose : informez rapidement votre professionnel de santé (sage-femme, gynécologue…) car vous risquez de perdre trop de sang.

N’oubliez pas l’essentiel : prenez soin de vous.

Vous et votre corps venez de passer des étapes longues et (souvent) éprouvantes : celles de la grossesse et de la naissance. Vous avez porté un enfant pendant 9 mois, et maintenant qu’il est né, l’utérus « fait le ménage » et se remet doucement de ce chamboulement. L’étape inévitable des lochies est un rappel qu’il est important de prendre ce temps (et plus encore !) pour vous rétablir et prendre soin de vous et de votre bébé.

Vous avez d’autres questions relatives à l’utilisation quotidienne de votre coupe menstruelle? Ecrivez-vous sur les réseaux sociaux ou par mail à: contact@claripharm.fr