Gynécologie & intimité féminine

Règles douloureuses : conseils et solutions

Ça y est, vos règles sont arrivées ! Avec plus ou moins de régularité, de douleurs ou de fatigue. On vous donne tous les conseils pour vivre au mieux cette période souvent inconfortable !

Irritations intimes pendant les règles

Les démangeaisons aux parties intimes sont très fréquentes et il existe plusieurs sortes de démangeaisons, mais il y a aussi celles qui peuvent survenir pendant vos règles. Des irritations intimes déjà de base ce n’est pas très sympathique mais pendant ses règles, ça l’est encore moins … D’autant plus que pendant la période de règles, la flore vaginale est plus sensible car plus sujette à des risques d’agressions de bactéries.
Alors comment les éviter ? D’où viennent ces démangeaisons ? La Team Claripharm vous apporte des solutions.

Attention à la fréquence de votre toilette intime

Malgré le fait que le sang de nos règles fasse partie de nous et soit totalement naturel, nous sommes nombreuses à vouloir nous en débarrasser au plus vite. Nous avons tendance à vouloir nous laver plus souvent pour se sentir tout simplement plus propre et éviter les odeurs (et on vous comprend). Généralement les femmes se lavent plus régulièrement pendant leurs règles. Mais est-ce vraiment bon pour notre intimité ?

Les recommandations des gynécologues sont : pas plus 2 douches par jour. Au-delà, le corps ne lubrifie plus assez pour protéger son intimité. Car oui, le vagin est un peu magique, il se nettoie tout seul ! Donc pas besoin de nettoyage interne et surtout pas de douche vaginale ! La douche vaginale déséquilibre la flore créant ainsi des dérèglements et des infections. Encore une fois, laissons faire la nature, le vagin se nettoie tout seul alors laissons le travailler.

Nos protections hygiéniques n’y sont pas pour rien

Dans la majorité des cas, les démangeaisons aux parties intimes sont dues aux protections hygiéniques non adaptées à notre muqueuse vaginale ou bien à notre vulve qui restent des parties sensibles.  Bien que désagréables, ces démangeaisons sont heureusement sans gravité dans la grande majorité des cas.

Les composants des serviettes hygiéniques et des protège-slips provoquent une gêne, puis un besoin irrépressible de se gratter chez certaines femmes. C’est ce qu’on appelle, des démangeaisons vulvaires. 30% de femmes sont allergiques aux serviettes hygiéniques jetables. On parle alors de démangeaisons mais aussi d’eczémas vulvaires. Et là c’est plus compliqué. Lors de démangeaisons vulvaires, généralement il suffit de retirer sa protection hygiénique pour ne plus être gênée, mais si un eczéma persistant se présente, une consultation chez votre professionnel de santé et un traitement seront à envisager.

De la même manière que pour les irritations vulvaires, vous pouvez observer des irritations vaginales. Elles peuvent être dues aux tampons hygiéniques. En effet les tampons assèchent énormément les muqueuses vaginales ce qui peut créer des microlésions et vous gratter. Alors pourquoi insérer des fibres asséchantes dans son vagin ?

Pourquoi la coupe menstruelle reste la meilleure alternative pour éviter les irritations intimes pendant les règles ?

  • Notre coupe menstruelle a été testée.

Nous avons réalisé nos tests de biocompatibilité sur la coupe menstruelle Claricup. Biocompatibilité, qu’est-ce que cela veut dire ? Que nous avons testé le silicone de notre cup menstruelle de façon à ce qu’il ne soit pas cytotoxique, pas sensibilisant et pas irritant. Ce sont des tests qui ne sont pas obligatoires mais soyons franc, étant les premières utilisatrices de nos produits, on se devait d’un, de les faire pour nous, mais aussi pour vous, car nous sommes experts dans notre domaine :la santé intime de la femme. Et non seulement nous avons fait ces tests avant, mais aussi après la fabrication de la Claricup, pour s’assurer que rien ne vient la contaminer pendant sa fabrication.

  • Une surface toute douce et non absorbante

La coupe menstruelle Claricup est fabriquée en silicone médical biocompatible et antimicrobien. Elle est toute douce et a un effet peau de pêche. Contrairement aux fibres des tampons, la coupe menstruelle n’assèche pas les parois vaginales et donc, n’irrite pas.

  • Nos clientes nous le disent 🙂

« Très agréables. Avant claripharm j’ai eu d’autres cups et celle-ci est de loin la meilleure que j’ai testé. Pas de fuites pas d’irritation. Même au touché on sent la différence. »

« J’ai un flux très léger et la cup est beaucoup moins irritante car plus de sécheresse due aux tampons. »

Petit conseil en plus

Cela peut paraitre basique, mais les rappels font toujours du bien !
Avec sa cup, on privilégie une culotte en coton, qui respectera notre intimité. Le coton permet d’éviter les irritations et protège le vagin.

Si vous constatez que vos démangeaisons perdurent en dehors de vos règles, il s’agit sans doute d’un autre type d’irritation (allergie, morpions, mycose…). Nous vous invitons à lire notre article sur le sujet ici.

Règles douloureuses – Quand les règles font mal…

Les règles douloureuses, ou dysménorrhée, affectent entre 50 et 80% des femmes durant la période fertile de leur vie[1],[2].
Selon une étude[3] publiée en 2005, 50 à 70 % des adolescentes ont une dysménorrhée permanente ou occasionnelle, et 15 à 20 % d’entre elles doivent limiter leur activité au moment des règles et doivent même s’aliter. Un phénomène qui est loin d’être négligeable lorsque l’on sait qu’en France, les règles douloureuses sont la première cause d’absentéisme scolaire chez les adolescentes et d’absentéisme professionnel chez les jeunes femmes[4].

Leurs causes peuvent être variées, leur intensité aller de modérée à intense et il existe un panel fourni de solutions pour les apaiser.

Et si nous faisions le point sur les règles douloureuses ?

D’où viennent-elles ?

Pour évacuer le sang et les muqueuses lors de nos règles, plusieurs molécules déclenchent des spasmes au niveau du muscle utérin. Parmi elles, les prostaglandines, produites par l’endomètre (la muqueuse qui recouvre la paroi interne de l’utérus) sont les molécules les plus actives. C’est principalement sous leur action que le muscle utérin se contracte. Un excès de prostaglandines provoque une augmentation anormale de ces contractions, ce qui a pour effet de comprimer les petits vaisseaux sanguins du muscle utérin et donc de le priver en partie d’oxygène. C’est ce manque d’oxygène, appelé hypoxie, qui est à l’origine de la plupart des  douleurs ressenties lors des règles.

Existe-il différents « types » de règles douloureuses ?

Si nous sommes toutes concernées par les règles, nous ne sommes malheureusement pas égales face à la douleur. Pour certaines, les contractions sont tout à fait acceptables, pour d’autres, elles sont tout simplement insupportables. On sait aujourd’hui que chez 10 à 15% des femmes qui souffrent de dysménorrhée, la douleur est telle qu’elle entrave très sérieusement la vie quotidienne[1],[2].

On a toutes dans notre entourage une copine, une sœur ou une collègue incapable d’aller travailler ou de quitter son lit lorsqu’elle a ses règles.

Il faut savoir que le terme de « douleurs menstruelles » est employé pour couvrir deux types de dysménorrhée :

  • la dysménorrhée primaire : les fameuses crampes naturelles évoquées précédemment. Elles sont très courantes et ont principalement pour origine l’action des prostaglandines. Ces douleurs arrivent le plus fréquemment à l’adolescence et tendent à diminuer, voire à disparaître complètement avec l’âge.
  • la dysménorrhée secondaire : elle touche plutôt les femmes adultes, qui ne souffraient pas forcément de douleurs menstruelles jusque là. Ses causes sont physiologiques, reliées à un problème médical ou gynécologique : infections génitales, lésions ovariennes, maladie inflammatoire pelvienne… Il peut exister beaucoup de pathologies médicales différentes à l’origine de la dysménorrhée secondaire dont l’endométriose : une maladie gynécologique chronique dont on parle beaucoup depuis plusieurs années.

Alors à quel moment consulter ?

Il faut apprendre à écouter son corps. Si les crampes menstruelles sont un frein à la vie sociale ou familiale, si elles empêchent d’aller travailler, d’aller à l’école ou gâchent la vie au point d’entamer le moral, il faut consulter un professionnel de santé : gynécologue, pharmacien, sage-femme…ou son médecin généraliste.

Si les règles deviennent anormalement douloureuses alors que ce n’était pas le cas avant ou si elles s’accompagnent soudainement de saignements abondants, il ne faut pas hésiter non plus à consulter. Particulièrement en cas de fièvre. Un professionnel de santé saura rassurer et répondre à toutes les questions.

Comment soulager les douleurs menstruelles ?

La douleur n’est pas une fatalité. Il existe bien sûr des réponses médicamenteuses pour atténuer les crampes menstruelles, mais avant de dégainer l’artillerie lourde, on peut déjà se tourner vers des solutions naturelles. Il en existe de nombreuses et voici celles que nous pouvons déjà vous conseiller :

  • Posez une bouillote chaude sur le bas du ventre, ou prenez un bain chaud : la chaleur agit directement sur la vasodilatation des vaisseaux sanguins et permet de relâcher les muscles qui se contractent pendant les règles. La chaleur apporte un apaisement immédiat.
  • Massez doucement la zone douloureuse : il s’agit ici également de « relaxer » les muscles, particulièrement le muscle utérin, afin d’atténuer les spasmes.
  • Râlez dix bonnes minutes contre son chat, son voisin, son mec, le postier (on est d’accord, ça ne sert absolument à rien, mais sur le coup, ça soulage)
  • Réduisez votre consommation de sucre raffiné : ce dernier augmente la production d’insuline, or l’excès d’insuline entraine la production de prostaglandines. Vous pouvez le remplacer par du miel ou du sirop d’agave par exemple.
  • Tournez-vous vers les huiles essentielles : à appliquer directement sur le bas-ventre ou à poser en gouttes sous la langue. Menthe poivrée, basilic, aneth, chanvre, estragon, sauge…il existe une grande variété de plantes réputées pour leur action sur la dysménorrhée. Il est toutefois recommandé de prendre conseil auprès d’un pharmacien qui saura vous guider vers l’huile et la posologie les plus adaptées.

… patientez encore quelques jours pour découvrir la nouvelle solution conçue par le laboratoire Claripharm : une réponse simple, pratique, innovante, et 100 % naturelle pour dire enfin adieu aux règles douloureuses !

 

[1] Schroeder B. Dysmenorrhea and pelvic pain in adolescents. Pediatr Clin North Am juin 1999 ; 46 (3) : 555 – 71
[2] Kwon JS. Dysmenorrhea. Journal SOGC août 1997 : 955 – 62

[3Collège national des gynécologies et obstétriciens français
[4] Source : sécurité sociale.

Les 5 éléments qu’il vous faut pour soulager vos règles douloureuses

L’alimentation pendant vos règles est un élément qui peut jouer sur cette période qui on peut le dire, n’est pas que passion et joie. Malheureusement parfois, l’alimentation ne suffit pas pour contrer tous vos maux comme la fatigue intense ou les règles douloureuses. Compléter une bonne alimentation avec les bons nutriments et vitamines va vous permettre de trouver le statut nutritionnel optimal et donc vous soulager dans cette période du mois.

Les éléments nécessaires pour vous soulager pendant vos règles et pourquoi

Fer

Les règles entrainent des pertes de sang plus ou moins importantes selon chacune d’entre nous. La quantité moyenne de sang perdu pendant les règles est de 40 à 50ml soit l’équivalent de deux à trois cuillères à soupe.

Perte de sang veut également dire perte d’hémoglobine, ce qui conduit à un risque de déficience en fer et donc d’anémie. L’hémoglobine est une protéine qui se trouve à l’intérieur des globules rouges. Elle est responsable de la couleur rouge du sang. Sa fonction principale est de transporter l’oxygène des poumons vers les organes.

Quand le taux d’hémoglobine baisse dans le sang, l’anémie s’installe. L’anémie est caractérisée par des essoufflements à l’effort, une fatigue, une sensation d’avoir froid et une pâleur chronique.

On a toute ce coup de mou pendant nos règles, et bien cela vient de là.

L’organisme ne peut synthétiser le fer et doit donc le puiser dans les aliments.

L’idéal est donc de compléter son alimentation avec du fer. Il contribue ainsi à la formation normale des globules rouges et de l’hémoglobine, et contribue de manière générale à réduire la fatigue.

Vitamine E

La vitamine E joue de nombreux rôles dans l’organisme en raison de son activité antioxydante. Que cela signifie concrètement ? Que la vitamine E s’oppose aux oxydants aussi appelés radicaux libres qui sont des molécules perturbant le fonctionnement de nos cellules, et qui accélèrent le vieillissement, affaiblissent l’immunité.

La Vitamine E contribue donc à protéger les cellules contre le stress oxydatif. Le stress oxydatif c’est lorsqu’on « s’oxyde » très vite. Un déséquilibre oxydant – antioxydant favorise l’affaiblissement.  Lorsque nous avons nos règles, nous sommes plus affaiblies, la vitamine E va alors permettre de nous protéger contre ce stress oxydatif.
La prise de vitamine E a également donné des résultats positifs, dans le traitement des troubles associés aux menstruations. (migraine et symptômes prémenstruels).

Calcium

Le calcium est l’un des minéraux que l’on retrouve le plus dans le corps humain. En effet, la teneur en calcium peut aller jusqu’à 1 à 1,2 kg environ chez l’adulte, que ça soit chez l’homme ou la femme.

Il est responsable de la contraction musculaire, de la transmission nerveuse, de la coagulation sanguine et joue également un rôle dans la libération d’hormones.

Le calcium est présent en quantité restreinte dans le sang. C’est pour cette raison qu’une alimentation faible en calcium, à l’occasion d’un régime par exemple, peut créer des carences qui se manifestent la plupart du temps tardivement.

Grâce à une supplémentation en calcium, on évite la carence et donc la contraction musculaire. Le calcium évite au muscle abdominal de tétaniser et participe à son relâchement. On évite donc toute contraction qui pourrait induire des douleurs abdominales.

Potentille

La potentille est une plante qui pousse à l’état sauvage. Il existe plusieurs indications thérapeutiques comme le soulagement de la diarrhée aiguë, ou des spasmes gastro-intestinaux. La potentille est utilisée traditionnellement dans le traitement des dysménorrhées.

Elle contient des herbes qui régulent le cycle menstruel et qui ont des propriétés anti-inflammatoires et de réduction de la douleur.

Dans notre complément alimentaire Claristick, nous avons récupéré des extraits aqueux de parties aériennes de potentille.

2 études scientifiques ont prouvé l’efficacité de cette plante dans le soulagement des douleurs liées aux dysménorrhées.

Achillée Millefeuille

L’Achillée millefeuille est une plante médicinale qui est utilisée pour différentes applications pharmaceutiques. On la retrouve notamment en Himalaya et en Europe. Elle a été utilisée pendant des siècles pour traiter diverses maladies comprenant le paludisme, l’hépatite et la jaunisse. En usage traditionnel, elle peut être utilisée dans les troubles menstruels et peut aider à réduire la fièvre. En médecine traditionnelle, la plante peur être employée comme emménagogue dans les troubles menstruels. On appelle emménagogues des plantes médicinales qui stimulent le flux sanguin dans la région pelvienne et l’utérus.

Dans notre complément alimentaire Claristick, nous avons récupéré les parties aériennes de la plante fraiche.

Une étude scientifique a permis de prouver l’efficacité de cette plante sur les règles douloureuses.

Tous ces ingrédients ont été sélectionnés par nos experts lors de la formulation de notre complément alimentaire et ont prouvé leur efficacité sur les règles douloureuses. Nous sommes donc fiers de pouvoir vous proposer un complément alimentaire formulé à partir d’ingrédients sains qui vous permettra de soulager vos douleurs de règles.

Ce qu’il faut savoir sur l’alimentation pendant vos règles

On le sait, l’arrivée des règles et des symptômes prémenstruels (SPM) vous donne souvent envie de vous jeter sur tout et n’importe quoi. Par n’importe quoi on entend les glucides, le chocolat et surtout tout le sucre que vous pouvez trouver à votre portée ! On ne va pas vous le répéter, vous le savez, trop de sucre ce n’est pas bon pour votre organisme. Mais en période de règles, c’est encore plus grave, et oui ! L’alimentation en période de règles peut énormément jouer sur les maux occasionnés par cette période. Voici quelques conseils pour gérer au mieux votre alimentation lors de vos menstruations !

Pour éviter les douleurs de règles, moins de sucre.

Comme nous le disions précédemment, le sucre en période de règles est encore plus mauvais qu’habituellement. Pourquoi ? Car l’ingestion de sucre entraîne une inflammation dans l’organisme. Et cette inflammation libère des prostaglandines responsables de l’apparition des crampes et des maux de tête…

Si l’envie de sucre vous prend et que sentez que vous n’allez pas pouvoir résister, vous pouvez essayer plutôt de vous nourrir en protéines et glucides complexes.

Que faire pour éviter le coup de mou ?

En période de menstruation, nous perdons du sang et pour certaines femmes, les pertes de sang peuvent être importantes : on parle d’hyperménorrhée. Pendant cette période mensuelle, les risques d’anémie sont donc accrus. Les symptômes de l’anémie sont généralement les suivants :
– Teint pâle
– Fatigue
– Maux de tête
– Extrémités du corps froides.

Donc, pendant vos menstruations, il sera important de privilégier les aliments sources de fer, comme par exemple les viandes rouges (bœuf, agneau, veau).

Règles et transit intestinal

Vous êtes en période de chamboulements hormonaux, il est donc essentiel de garder une bonne hygiène alimentaire.

Voici donc quelques éléments à favoriser dans votre alimentation :

  • Optez pour des aliments riches en Oméga 3 comme le poisson qui aide à obtenir un bon transit.
  • Favorisez les aliments riches en bonnes vitamines, glucides et protéines comme le poisson ou le poulet. Ou les légumes à feuilles vertes (épinards, chou).
  • Pensez aux sucres lents pour rester en forme toute la journée.
  • Pensez à manger une portion de fruits frais par jour pendant vos règles. Cela permettra de limiter l’inconfort digestif et notamment les ballonnements. Nous sommes nombreuses à prendre 1 à 2 kilos en plus en période de règles et / ou d’avoir le ventre gonflé comme une femme enceinte de 3 mois…  Alors si on peut l’éviter en mangeant quelques fruits ;)…

Buvez beaucoup

Tout comme les fruits et les aliments cités ci-dessus, boire beaucoup d’eau permet de diminuer la sensation de rétention d’eau comme les ballonnements. L’idéal serait de boire entre 1,5L et 2L d’eau par jour.

Un coup de pouce ?

Pour soulager les douleurs de règles et les sensations désagréables de manière générale, vous pouvez aussi envisager un apport supplémentaire en nutriments spécifiques grâce à la prise d’un complément alimentaire. Vous trouverez par exemple le fer, la vitamine et des plantes spécifiques aux douleurs de règles dans notre complément alimentaire Claristick Règles douloureuses.

Vous avez d’autres questions relatives à l’utilisation quotidienne de votre coupe menstruelle? Ecrivez-vous sur les réseaux sociaux ou par mail à: contact@claripharm.fr

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *